/entertainment/movies
Navigation

«C’est insultant»

Michel Côté déplore la disparition du magazine francophone Cineplex

L’acteur Michel Côté se dit déçu et inquiet de la disparition de la version francophone du magazine Cineplex
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits L’acteur Michel Côté se dit déçu et inquiet de la disparition de la version francophone du magazine Cineplex

Coup d'oeil sur cet article

Le milieu du cinéma québécois a accueilli avec colère et inquiétude la décision du réseau de cinémas Cineplex de mettre fin à la publication de la version francophone de son magazine tout en continuant à publier la version anglophone : « C’est un peu insultant de se faire dire : on coupe, mais on coupe juste le français », souligne l’acteur Michel Côté.

Comme plusieurs de ses pairs, Michel Côté a été déçu et choqué d’apprendre la semaine dernière dans un article du Journal que Cineplex cessait la publication de son magazine francophone.

La direction torontoise de Cineplex – le plus important réseau de salles de cinéma au pays – a annoncé cette décision dans un courriel interne envoyé jeudi aux employés de la publication et dans lequel elle expliquait en quelques phrases qu’il « n’était plus financièrement prudent de publier le magazine francophone ». Pour couronner le tout, le message était rédigé seulement en anglais.

« S’ils avaient décidé d’arrêter la publication des versions anglophone et francophone pour des raisons financières, je pense que tout le monde aurait compris », observe Michel Côté en entrevue au Journal.

« Mais de voir qu’ils gardent la version anglophone et qu’ils arrêtent la publication de la version francophone, ça me frustre. On gruge petit à petit sur notre culture francophone. Les anglophones, eux, vont continuer à avoir le magazine.

« Ce n’est pas à nous [Ies artistes] de diriger les compagnies. Mais il faut être vigilant quand on voit des éléments francophones disparaître. Si on laisse passer des petites choses comme ça, on finit par s’habituer et éventuellement, les choses plus importantes vont passer aussi. Je ne sais pas si c’est une décision irréversible. Mais il faut réagir et brasser la cage pour éviter que ça passe sous silence. »

Un outil de promotion important

Publiée depuis 2002, la version francophone du magazine Cineplex (jadis appelé Famous Québec) était distribuée à 200 000 exemplaires par mois et rejoignait environ 400 000 lecteurs. Si plusieurs pages du magazine étaient consacrées aux films hollywoodiens, la publication accordait toujours une place de choix au cinéma québécois et francophone. Les films québécois les plus attendus se retrouvaient régulièrement sur la page frontispice du magazine.

« Quel dommage tout ça.. Je peux pas croire qu’on tasse le cinéma francophone au même moment où le reste de la planète s’y intéresse », a écrit l’acteur Marc-André Grondin sur Twitter vendredi passé à propos de la décision de Cineplex.

Questionnés la semaine dernière par Le Journal, Mariloup Wolfe et Louis Morissette se sont aussi dits attristés par l’annonce de la fin du magazine qui était considéré comme un outil de promotion important pour le cinéma québécois.

Cineplex se défend

Joint hier par courriel, le vice-président à l’exploitation de Cineplex, Daniel Séguin, a réitéré que dans le contexte actuel, « il n’était plus financièrement prudent » de publier la version imprimée du magazine francophone. Il a aussi assuré que Cineplex continuerait de développer du contenu francophone pour l’avant-programme diffusé dans ses cinémas et pour son site web.

« Nous allons poursuivre notre support continu pour l’industrie québécoise et nous allons continuer de publier du contenu numérique, car les films québécois ont une grande importance pour nous et nos invités », a-t-il indiqué.