/24m/job-training
Navigation

La posture, clé de la productivité

correct sitting position at laptop
endostock - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Audrey Neveu - 37e AVENUE

 

Passer une trentaine d’heures par semaine devant son écran d’ordinateur, c’est une recette pour le désastre, surtout si l’on est mal assis.

Maux de dos, cou tendu, poignet douloureux : des problèmes communs pour les travailleurs qui passent de longues heures assis à leur bureau. « Ça peut avoir un impact sur la performance et venir la parasiter, car si on est mal assis et inconfortable, on se lève plus souvent, on va marcher, donc on est moins disponible pour accomplir notre travail », explique Jean-Pierre Brun, professeur de management à l’Université Laval et directeur de la Chaire en gestion de la santé et de la sécurité au travail.

Et une mauvaise posture coûte cher : une blessure au dos se traduit par 51 jours d’absence en moyenne et coûte environ 2 800 $, selon la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST).

Pour Jean-Pierre Brun, le meilleur poste de travail est celui qui permet d’adopter le plus de postures possible, par exemple un bureau ajustable. « Il ne faut pas penser qu’il s’agit seulement d’acheter le mobilier le plus cher. Même si c’est la meilleure chaise au monde, vous ne pouvez pas rester assis sept heures par jour sans développer des problèmes », fait-il valoir.

Le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail recommande d’ailleurs de ne pas demeurer assis plus de 50 minutes de suite. Se lever pour une petite marche, même s’il ne s’agit que d’un aller-retour à l’imprimante, est bénéfique pour le corps. Avec une bonne posture et en bougeant régulièrement, on favorise non seulement la productivité, mais également une meilleure coopération et communication entre les employés et avec l’employeur, un plus faible taux d’absentéisme et un plus faible taux de roulement, selon la CNESST.