/sports
Navigation

Les relèves canadienne et américaine de slopestyle débarquent à Lac-Beauport

Philippe Langevin sera en vedette lors du Noram

Langevin
Photo Roby St-Gelais À 16 ans seulement, le skieur Philippe Langevin, Phil pour les intimes, fait déjà tourner les têtes dans les épreuves de slopestyle.

Coup d'oeil sur cet article

Les ténors canadiens du slopestyle n’ont qu’à bien se tenir. La relève canadienne en ski acrobatique menée par Philippe Langevin a le vent dans les voiles et peaufine déjà sa préparation en vue des Jeux de Pékin, en 2022. Et c’est au Relais, à Lac-Beauport, que Langevin et d’autres espoirs de la spécialité montrent leur savoir-faire jusqu’à dimanche.
 
Langevin sera l’une des têtes d’affiche des finales du championnat nord-américain (Noram) de la FIS qui s’arrête dans la région de Québec pour une première fois. En plus de la présentation de la quatrième et ultime tranche de ce circuit, le centre de ski accueille les finales provinciales et une compétition pro AFP Gold dans le cadre du Stepup Freeski Tour.
 
« Avec la Noram, c’est une coche en haut de ce qu’on fait habituellement. Une saison sur la Coupe du monde, ça coûte cher, à environ 30 000 $. En organisant une compétition de l’envergure Noram, ça leur permet de réduire les coûts. Puis, quand on a commencé le circuit provincial, c’était pour donner un tremplin à nos athlètes », relate l’un des organisateurs du rendez-vous, Guillaume St-Cyr Lachance.
 
Dans le cas de Langevin, son ascension dépasse désormais largement les cadres du territoire québécois. Champion en titre du championnat nord-américain, la jeune sensation de Mont-Tremblant tentera de conserver sa couronne, samedi, après s’être frotté à la crème à chacune des épreuves de la Coupe du monde.
 
« Vu que j’ai gagné la série Noram, ça m’a permis de participer aux Coupes du monde cette année. C’était incroyable. Je compétitionnais contre mes idoles. Au début, c’était un peu stressant et un peu intimidant, mais par la suite, j’ai réussi à m’habituer. Ça s’est super bien passé », estime le skieur de 16 ans, dont le meilleur résultat a été une 20e place à Silvaplana, en Suisse.
 
Dans la soupe de Kim
 
Langevin s’est même offert une victoire à Calgary, en Noram, au mois de janvier. Motivé par ses succès en piste, le jeune Québécois a les yeux rivés vers les prochains Jeux olympiques.
 
« 2022, je vais faire tout en mon possible pour y arriver », a assuré celui qui enfilait une paire de skis dès l’âge de 3 ans.
 
« Mon frère faisait du ski freestyle (style libre) aussi. Et à 8 ans, j’ai commencé à aller dans le parc avec lui et je n’ai pas arrêté depuis ce temps-là. »
 
Un autre prodige du ski acrobatique cogne à la porte, soit Édouard Therriault, qui, à 15 ans, a récemment été couronné champion canadien junior combiné. Lui aussi sera en action au Relais.
 
« On a une bonne relève chez les garçons et je ne serais pas surprise qu’ils soient [tous les deux] un jour choisis sur l’équipe olympique », a reconnu Kim Lamarre, porte-parole de l’événement et médaillée de bronze aux Jeux de Sotchi.

HORAIRE

  • Samedi 31 mars

11h – 11h45 : Finales juniors et amateurs 12-13 ans

12h – 14h45 : Finales FIS NORAM

  • Dimanche 1er avril

AFP GOLD et finale provinciale

9h45 – 11h45 : Qualifications juniors (11 ans et -) et amateurs 12-13 ans

12h30 – 13h30 : Qualifications amateurs 14 ans et +, hommes pros et femmes

14h – 15h : Finales toutes catégories