/opinion/columnists
Navigation

L’indigné

Coup d'oeil sur cet article

Que l’ex-chroniqueur Vincent Marissal se présente pour Québec solidaire, c’est son droit. Qu’il se dise « indigné », de gauche et souverainiste depuis longtemps tout en avouant, hier, qu’il l’a « caché » dans ses chroniques parce qu’il ne « voulait pas que ça sorte », c’est étonnant, mais ça lui appartient.

Étonnant parce qu’à l’opposé du reportage, la chronique politique comprend pourtant le loisir de prendre position sur des enjeux majeurs.

La vraie cible

Sa première mission sera de tenter d’adoucir l’image dite « radicale » de QS. Pour un parti dont les appuis ont replongé à 9 %, c’est essentiel. L’important toutefois est le choix délibéré de QS de présenter son candidat vedette dans Rosemont, la circonscription même du chef péquiste Jean-François Lisée.

Rosemont étant tout près de Mercier et Sainte-Marie–Saint-Jacques, deux comtés solidaires, M. Marissal profitera aussi des machines amies du NPD et de Projet Montréal. Le PQ en est néanmoins la cible ultime.

Au 3e rang dans les sondages, le PQ devra ainsi partager son chef d’ici le scrutin du 1er octobre. Alors que Lisée sera obligé de batailler pour conserver son comté tout en dirigeant la campagne du PQ, son assiette s’annonce pleine.

Qui l’eût cru ?

Voir deux partis se disant chacun progressiste et souverainiste se combattre âprement est la résultante obligée du refus de QS de « converger » avec le PQ. Lequel refus découlant aussi en partie du fossé séparant les deux partis sur les questions identitaires.

Pour d’autres raisons, le même spectacle se livre d’ailleurs entre la CAQ et le PLQ – deux partis de « droite » et « fédéralistes » se disputent le pouvoir. Qui l’eût cru ? Pour le Québec, c’est un sacré problème. Politique et existentiel.

Car cette division profonde du vote est l’apanage unique de la majorité de langue française, toutes origines confondues. Pour la pérennité du seul État francophone du continent, dont le poids politique au sein du Canada décline déjà à vue d’œil, cela n’augure rien de bon.