/misc
Navigation

Attaques contre la CAQ : crasse est le PLQ

Attaques contre la CAQ : crasse est le PLQ
Le Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Y’a toujours ben des limites à la bassesse du PLQ

Sachez, mes amis, que je ne suis pas caquiste, loin de là. Mais, il y a ben des limites à accuser tout le monde d’être anti-immigrés, xénophobes, racistes, misogynes, anti-anglophones, anti-fonction publique, etc., et à viser plus particulièrement la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault à des fins électoralistes mesquines dans le but de protéger son emprise sur le vote des anglophones et des allophones. En passant, le ministre libéral Pierre Moreau est bien mal placé pour taxer la CAQ d’être contre la fonction publique québécoise après le ravage que le PLQ a fait ces dernières années dans nos services publics et après avoir accéléré la privatisation de plusieurs de nos programmes sociaux (garderies, éducation, santé, etc.), nos instruments collectifs (Hydro-Québec par le biais de l’éolien et des petits barrages) et d’avoir bradé nos ressources naturelles aux forestières et aux bineries pétrolières et gazières.

Dominique Savoie, une sous-ministre imbuvable

Au mois de mai 2016, après moult tergiversations, Philippe Couillard a été contraint de retirer à Dominique Savoie, cette bonne libérale, son poste de sous-ministre des Transports parce qu’elle s’adonnait allégrement à la falsification de documents. Refusant de recevoir des ordres de son patron, le ministre libéral d’alors Robert Poëti, à qui elle cachait de l’information, elle refusait de lui remettre des documents qu’il demandait et faisait régner un climat de terreur au ministère tout en intimidant ses employés. Un peu le clone de Martine Ouellet au Bloc. Il aurait fallu la congédier drette là de la fonction publique. Mais comme c’est une libérale qui doit beaucoup de ses nominations qu’à ce seul critère, la dame a seulement été mutée avec plein salaire sur une tablette dorée au Conseil exécutif! La devise de madame était en quelque sort : « L’État, c’est moi »

Le PLQ ramène l’épouvantail Savoie

Après avoir été tablettée, au gros salaire, pendant deux ans afin de protéger notre fonction publique et ses employés et de la mettre hors d’état de nuire, voilà-tu pas que le PLQ récidive dans ses nominations inqualifiables et, le 15 février 2018, nomme la matrone à titre de sous-ministre, rien de moins, aux Ressources naturelles, ministère dirigé justement par son fidèle protecteur Pierre Moreau. Aie, elles sont où ses compétences pour devenir sous-ministre aux Ressources naturelles? Dire que le PLQ a coupé dans les repas et les aides apportés aux personnes âgées dans les Centres d’hébergement de longue durée au nom de l’austérité, mais trouve normal de verser des centaines de milliers de dollars de fonds publics à cette personne aux prises avec de sérieux problèmes d’attitude et de comportement. Cherchez l’erreur!

La dame au conseil d’administration d’Hydro-Québec

Là, ça s’apparente à du mépris de la part du PLQ. Je le répète : cette personne aurait dû être virée par respect pour notre fonction publique. Mais non, après l’avoir démis de ses fonctions comme sous-ministre aux Transports, le PLQ l’a nommé sous-ministre aux Ressources naturelles et, attendez, ce n’est pas fini, puisque cohérent avec son image de parti déconnecté, le PLQ vient tout juste de la nommer au conseil d’administration de notre plus grand joyau public, c’est-à-dire Hydro-Québec. Quelle farce grotesque! Agir de la sorte, c’est bien être anti-fonction publique et anti-bien public.

La CAQ traitée de misogynie par le PLQ

Avec raison, la CAQ a dénoncé la nomination de madame Savoie à titre de sous-ministre aux Ressources naturelles et au conseil d’administration d’Hydro-Québec. Mal lui en prit, car le ministre libéral Pierre Moreau a fait une montée de lait pleine d’hypocrisie et de petitesses en accusant la CAQ d’être misogyne, rien de moins, et après que le banquier Carlos Leitao eut taxé la CAQ d’être un parti politique raciste. On ne peut tout simplement pas demander au PLQ de s’élever un peu plus. Ce parti en est incapable : « Guerre de mots entre la CAQ et le PLQ sur la question des femmes » (Le Devoir, 23 mars 2018).

Rien à voir avec la question des femmes

Quel mauvais titre d’article du journal du Devoir. Ça n’a absolument rien à voir avec les femmes. La CAQ et moi-même, on trouve inadmissible les récentes nominations de Dominique Savoie au gouvernement et chez Hydro-Québec, aucunement en raison qu’elle est une femme, mais simplement à cause de ses inaptitudes qui ont été amplement démontrées dans le passé.

Pour ne pas s’attaquer au fond du problème et pour faire diversion, le PLQ accuse alors la CAQ d’être contre les femmes et aussi d’être contre les immigrés. Pu capable d’entendre ces hypocrites qui sont prêts à tout faire afin de conserver les votes des anglophones et des allophones qui lui ont toujours permis d’être élus. Ils font même des anglophones du Québec des victimes d’oppression de la part des francophones. Trouvez-moi sur la planète une minorité plus privilégiée que les anglophones du Québec? Tout simplement ridicule d’avoir créé en novembre 2017, gracieuseté du PLQ, le Secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression anglaise à qui Leitão, dans son budget, vient d’allonger 25 millions de fonds publics additionnels. De l’électoralisme à son plus bas niveau.

Selon le PLQ, Janette Bertrand est aussi xénophobe

Vous vous souvenez peut-être de ça, mais en 2014, Philippe Couillard avait accusé la femme de théâtre et de télé Janette Bertrand d’être elle aussi xénophobe : « Xénophobe : Pauline Marois veut des excuses » (Le Devoir, 1er avril 2014). Le PLQ, à des fins égoïstes et opportunistes, veut faire passer les Québécois pour les pires xénophobes de la planète. Couillard qui fait la leçon aux autres, mais qui a travaillé plusieurs années en Arabie Saoudite, pays qui bafoue en permanence les droits de la personne.

Couillard se fait philosophe

En 2017, Philippe Couillard qui aime bien étaler ses connaissances afin d’épater la galerie et certains journalistes avait dit que : « Bien sûr, avec la liberté d’expression vient la possibilité de dire des conneries et parfois même des horreurs » (Le Devoir, 2 septembre 2017 : « Peut-on tout dire en contexte démocratique? »). En parlant justement de dire des conneries et de larguer des horreurs, Philippe Couillard sait de quoi il parle.

D’accord avec Couillard sur un point

« Le premier ministre (Couillard) traite le chef caquiste de “girouette” » (Le Devoir, 31 janvier 2018). Ah ben là, il faut que je donne raison à Philippe Couillard. Voilà une autre raison de ne pas voter pour la CAQ, mais ni pour le PLQ. Il est vrai que François Legault change très souvent d’idées au gré des situations et se permet même certaines libertés avec la vérité en plus de diriger un parti néoconservateur.

Une perle de Legault

François Legault est débranché de la réalité quand il dit que : « Le Québec accorde trop d’importance à la connaissance du français pour choisir ses immigrants » (Le Devoir, 8 décembre 2017). Au contraire, il faut renforcer la connaissance du français à l’immigration. Il faut que monsieur Legault sorte de sa bulle et qu’il lise le titre de ces deux articles : « Francisation. Le fiasco québécois. Seulement un immigrant sur trois ayant besoin de cours de français en a suivi, selon la vérificatrice générale du Québec » et aussi « Travail. Le bilinguisme poursuit sa croissance. Les proportions des personnes qui travaillent surtout en français au Québec ont diminué en 10 ans, selon Statistique Canada » (Le Devoir, 24 et 30 novembre 2017). Je suppose que d’obliger les immigrants à maîtriser et à parler français couramment après 3 ans passés au Québec, sinon c’est le renvoi, va faire de moi aux yeux du PLQ et même de la CAQ un raciste et un xénophobe faisant preuve de nationalisme ethnique. En fait, je n’ai que des défauts « structurels ».