/sports/hockey/canadien
Navigation

Rétrospective de l'année du CH: décisions étranges, gaffes et autres crampes au cerveau

Rétrospective de l'année du CH: décisions étranges, gaffes et autres crampes au cerveau
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Puisque le calvaire tire à sa fin, prenons quelques instants pour revenir sur la (très décevante) saison 2017-18 du Canadien.

Dans ce deuxième chapitre du bilan amorcé hier, nous survolerons quelques moments où nos Glorieux ne l'ont particulièrement pas été.

La crampe au cerveau de l’année

Philip Danault l’a admis lui-même à l’issue de la rencontre du 14 novembre 2017 : il a été pris d’une crampe au cerveau sur le jeu menant au but gagnant des Blue Jackets en prolongation.
 

Profitant de l’espace disponible à cause du jeu à 3 contre 3, Cam Atkinson du Columbus s’était avancé à toute allure en zone des Glorieux.

Danault, qui était le joueur le plus près de lui, aurait dû laisser la couverture du rapide attaquant à son défenseur Jeff Petry, pour rester en retrait et ainsi surveiller le défenseur de l’équipe de l’Ohio Zach Werenski,... ce qu’il n’a pas fait.

Malgré les deux joueurs du CH à ses trousses, Atkinson a réussi à refiler le disque à son coéquipier qui, libre comme l’air, a eu tout le temps du monde pour décocher un tir des poignets puissant et précis. (FG)

La fois où Marc Bergevin s'est le plus payé la gueule de tout le monde

Rétrospective de l'année du CH: décisions étranges, gaffes et autres crampes au cerveau
PHOTO LE JOURNAL DE MONTRÉAL, CHANTAL POIRIER

La saison n'était même pas encore amorcée que le DG louangeait sa défensive. Malgré le départ d'Andrei Markov et d'Alexei Emelin, il nous a assuré qu'avec les additions de Karl Alzner, David Schlemko, Joe Morrow et Jakub Jerabek, «la défensive est meilleure que l'année passée».

Karl Alzner fait le boulot, sans plus, pour un prix exagéré. Schlemko a été limité à 36 rencontres en raison de blessures. Joe Morrow évolue depuis sous d'autres cieux, tout comme Jakub Jerabek.

De plus, le CH a, en date d'aujourd'hui accordé 257 buts, ce qui est bon pour le septième pire total du circuit. C'est déjà 31 de plus que l'an dernier (226 au total), et il reste deux joutes au calendrier...

Ai-je besoin d'en ajouter? (MAT)

Le commentaire le plus étrange émis par Claude Julien

Rétrospective de l'année du CH: décisions étranges, gaffes et autres crampes au cerveau
Photo Agence QMI, Joel Lemay

La fois où il a fait référence à «l'effort insuffisant de Deslauriers»...

Deslauriers n'est pas le plus talentueux, mais on ne peut blâmer son manque d'effort.

Drôle de coïncidence, il signait une nouvelle entente de deux saisons après avoir passé deux rencontres sur la galerie de presse, peu de temps après le commentaire de son entraîneur. (MAT)

Décision la plus étrange de Claude Julien

Insister pour faire jouer Plekanec en prolongation, encore et toujours.

Ceux qui me connaissent savent que j'adore le petit centre au col roulé. Ces mêmes personnes savent aussi que je suis conscient de ses limites offensives.

À moins que j'aie mal compris, le but d'une prolongation, c'est de marquer plus vite que l'autre équipe.

Notez la présence du mot «marquer».

Peu importe les performances individuelles de ses poulains, Julien s'est entêté à envoyer le numéro 14 au début des prolongations.

Je peux comprendre qu'il est en mesure de limiter les occasions de marquer... mais rendu là, le but, c'est d'en mettre une dedans pour partir avec un point de plus.

Il l'a fait.... une fois, en décembre, à la suite d'un superbe effort individuel de Charles Hudon le long de la bande. (MAT)

 

Le joueur qui nous a fait le plus sacrer

Rétrospective de l'année du CH: décisions étranges, gaffes et autres crampes au cerveau
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Tout le monde a son souffre-douleur favori. Pour l’auteur de ces lignes, c’est Jeff Petry.

Cette année chez le Canadien, on a vu passer beaucoup de 8e défenseurs à qui on a confié des rôles de 2e, 3e ou 4e défenseur. On ne peut pas les blâmer de commettre des erreurs dans des situations de jeu où, en principe, ils ne devraient pas être.

Par contre, dans le cas de Jeff Petry, à qui on a consenti un généreux contrat de 33 M$ répartis sur six saisons, on est en droit de s’attendre à ce qu’il «fasse la job».

Pourtant, il est souvent pris en défaut à jouer mollement dans son propre territoire, (notamment en ne couvrant pas son homme), ou encore, à perdre la rondelle en sortie de zone.

Même P.K. était moins pire que ça ! (FG)