/portemonnaie/entrepreneurship
Navigation

Avec cette « startup », tu peux économiser et donner à une cause en allant voir un spectacle

Avec cette « startup », tu peux économiser et donner à une cause en allant voir un spectacle
Give-a-Seat

Coup d'oeil sur cet article

Give-a-Seat est une de ces entreprises qui tentent de s’imposer en ayant un impact social concret.

Au Québec, la plupart des évènements se remplissent à 70%. Il y a donc toujours des billets disponibles. L’idée des deux jeunes derrière Give-a-seat est de reprendre ces billets, de les vendre au rabais et de donner 80% des revenus à des œuvres caritatives.

L'équipe est composée de Guillaume, un fanatique de tennis natif de Sainte-Adèle, et de Théo, un Breton maniaque de jiu-jitsu. Tous deux diplômés de HEC, ils ont lancé leur entreprise en dernière année du bac.

Avec cette « startup », tu peux économiser et donner à une cause en allant voir un spectacle
Give-a-Seat

Une idée qui a tout propulsé

Au départ, les deux étudiants décident seulement qu’ils veulent entreprendre, mais ne savent pas encore dans quelle direction aller.

En assistant à une compétition sportive, ils se rendent compte que des sièges sont vides. Ils apprennent même qu’on fait appel à des bénévoles pour remplir les tribunes. Pourtant, il y a de la demande, puisque des personnes cherchent des billets devant le stade.

De là, le projet est lancé.

Avec cette « startup », tu peux économiser et donner à une cause en allant voir un spectacle
Give-a-Seat

Un plan d’affaires concluant

En mai 2016, ils avaient 10 000$ gagnés à un concours entrepreneurial, un marché cible et une place dans un incubateur.

En redonnant aux oeuvres caritatives, leur modèle d'affaires répond à la volonté d’impact social des organisateurs de spectacles qui désirent remplir leurs événements.

Pour le consommateur qui se procure un billet sur Give-a-Seat, il économise et participe à une bonne cause.

Avec cette « startup », tu peux économiser et donner à une cause en allant voir un spectacle
Give-a-Seat

Et maintenant ?

Presque une année après son lancement officiel en juin 2017, Give-a-seat a vendu 2500 billets et a remis plus de 50 000$ à des organismes. 

Pour le concert de Roger Waters, ils ont mis en vente des tickets valant 160 $ pour la moitié du prix. Cela a permis de récolter plus de 9500$ pour le Club des petits déjeuners.

Avec cette « startup », tu peux économiser et donner à une cause en allant voir un spectacle
Give-a-Seat

Toutefois, l’entreprise n’est pas encore viable et les fondateurs ne se versent pas de salaires. «Mais on allège un peu nos dépenses avec les revenus qui restent», confie le cofondateur.

Sur leur site, l'offre actuelle demeure modeste. «À Montréal, on dépend pas mal de la saisonnalité», souligne Théo. En été, le nombre d'événements affichés peut augmenter considérablement.

De grandes ambitions de croissance 

L’entreprise souhaite s'attaquer au marché européen et vise à décupler ses ventes annuelles.

Pour cela, ils devront notamment développer leurs ressources technologiques et humaines. Leurs concurrents, comme Groupon et Tuango, sont largement en avance de ce coté-là. Ces entreprises n’ont toutefois pas la même vision sociale que Give-a-Seat.

Théo est confiant : «Tant qu’on prend du plaisir et qu’on voit que ça avance, on continue.» Il ajoute qu'il faudra peut-être faire appel à des investisseurs externes, «même si ça veut dire avoir moins d’indépendance».

Quelle que soit la suite, la jeune entreprise détient déjà une manière innovante d’avoir un impact social, et cela pourra mener loin.

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux