/entertainment/music
Navigation

De la Belgique à Québec pour voir Roch Voisine

Une fan fait le voyage pour voir les concerts avec l’OSQ

Voisine OSQ
Photo Simon Clark Roch Voisine était accompagné par l'OSQ pour deux spectacles qui étaient présentés au Grand Théâtre de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Nathalie Merckx a fait le voyage depuis la Belgique cette semaine pour assister aux deux représentations du spectacle de Roch Voisine avec l’OSQ. Pour rien au monde elle n’aurait manqué ces concerts uniques, parmi les meilleurs qu’il a donnés dans sa carrière, estime celle qui l’a vu plus de 150 fois sur scène.

« C’était un des meilleurs, surtout pour sa voix. Quand il fait une tournée et qu’il a 30 dates à faire, il ne peut pas se permettre une prestation vocale impressionnante tous les soirs. Ici, du point de vue vocal, c’était énorme », a-t-elle confié vendredi, au lendemain de la première représentation.

Elle a été très émue d’entendre quelques chansons inédites dépoussiérées par le chanteur, soulignant son souci de vouloir toujours se renouveler. « Les orchestrations étaient impressionnantes. Le chef a fait un travail incroyable », a-t-elle souligné.

Depuis 1989

Nathalie Merckx, qui gagne sa vie à travailler pour la police fédérale en Belgique, a aussi son billet pour le spectacle de la tournée Devant nous de samedi soir à Sainte-Thérèse. Et elle sera de retour au Québec en juin pour assister aux concerts intimes du chanteur dans le cadre des Francofolies. Puis, elle a des billets pour neuf des concerts de la tournée européenne à l’hiver 2019.

Nathalie Merckx, une fan du chanteur depuis 1989, a déjà acheté ses billets pour les spectacles aux Francofolies de Montréal en juin. 
Photo courtoisie
Nathalie Merckx, une fan du chanteur depuis 1989, a déjà acheté ses billets pour les spectacles aux Francofolies de Montréal en juin. 

« J’ai arrêté de compter les concerts, dit-elle. Depuis 10 ans, ce sont entre 10 et 15 dates par année. Et j’ai vu plus de 20 fois Forever Gentleman. »

Elle a profité de son passage à Québec pour aller fouiner chez les disquaires du quartier Saint-Roch, où elle a déniché des cassettes de Roch Voisine, dont celle de l’Europe Tour enregistrée en 1991.

Elle a découvert le chanteur en 1989, alors qu’elle avait huit ans. « Je ne connaissais pas les paroles, mais c’est sa voix qui m’a accrochée. Ça a fait une étincelle. Après, j’ai découvert l’homme à la télé. À huit ans, je ne connaissais pas le Canada, alors c’était magique de découvrir quelqu’un qui parlait ma langue, mais pas avec le même accent. [...] J’ai très peu de souvenirs sans Roch dans ma vie. »

Nathalie Merckx ne se catégorise pas parmi les fans hystériques qui vont jusqu’à attendre le chanteur après les spectacles ou à courir les apparitions télé ou radio pour le rencontrer à tout prix. Respectueuse, elle se contente d’assister aux concerts et elle affirme être admiratrice pour la bonne raison : la musique.

« En France, le star-system est différent. Là-bas, il a encore besoin d’un garde du corps et d’un chauffeur. Il y a encore des filles hystériques. Ce phénomène-là existe encore un peu. »