/news/currentevents
Navigation

Décorés il y a 10 ans, deux policiers blâmés

Ils ont ridiculisé un employé d’un magasin

Coup d'oeil sur cet article

Deux agents du Service de police de Laval, auparavant reconnus pour leur bravoure, ont été blâmés par le Comité de la déontologie policière après s’être moqués de la condition sociale d’un employé du Walmart.

Il y a 10 ans, les agents Benjamin Boulay et Maxime Bray sauvaient la vie d’une dizaine de personnes en mettant fin au carnage d’un ancien policier devenu fou. Aujourd’hui, ils font parler d’eux pour de moins bonnes raisons.

Le 1er février 2015, l’agent Benjamin Boulay a injurié Inderjit Singh Tatla-Natt, un « associé » de la succursale de l’autoroute Chomedey à Laval, en lui disant de « continuer à pousser des chariots ».

M. Tatla-Natt avait croisé Benjamin Boulay et Maxime Bray alors que ces derniers avaient reçu un appel sur son lieu de travail. Le commis se serait mis à les insulter, mais les deux agents ont décidé de ne pas répliquer, selon ce qui est écrit dans le rapport en déontologie.

Deux jours plus tard, les agents sont retombés sur M. Tatla-Natt dans le stationnement du Walmart. Il aurait une fois de plus provoqué les deux policiers.

Cette fois-ci, Benjamin Boulay et Maxime Bray ont perdu patience. L’agent Boulay a tourné en dérision le salaire minimum gagné par l’interpellé. Puis, M. Tatla-Natt a été poussé contre la voiture de police pour être menotté, lit-on dans le rapport.

L’agent Bray s’est ensuite rendu à l’intérieur du Walmart pour dire à la gérante « que son employé avait des problèmes avec la justice ».

Le 15 mars dernier, Maxime Bray a reconnu devant le Comité de déontologie policière que cette rencontre était inappropriée. Son partenaire, Benjamin Boulay a admis avoir tenu des propos irrespectueux envers Inderjit Singh Tatla-Natt. Il a été suspendu pour quatre jours. L’agent Bray s’en est tiré avec deux jours de suspension.

Héros en 2007

Onze ans plus tôt, les deux agents avaient été récompensés pour leur bravour. Le 5 novembre 2007, alors qu’ils travaillaient pour le Service de police de Repentigny, les deux policiers avaient mis fin à la folie meurtrière d’Adrien Boulay, un ex-policier dépressif.

Boulay venait d’abattre son ex-conjointe et avait blessé grièvement son ancien locataire avec une arme à feu.

Il se dirigeait vers la résidence de son avocat quand Benjamin Boulay et Maxime Bray ont eu l’instinct de se rendre sur la première scène de crime. Ils y ont découvert une liste d’une dizaine de noms que l’ancien policier comptait abattre.

Quand ils sont arrivés chez son ancien avocat, le meurtrier s’apprêtait à franchir la porte. Encerclé, Boulay s’est suicidé dans sa fourgonnette.

Maxime Bray et Benjamin Boulay ont été décorés en 2009 pour action méritoire.