/sports/fighting
Navigation

Dernières heures de l’ultimatum

BOX-ADONIS-STEVENSON-V-THOMAS-WILLIAMS-JR.
Photo AFP Adonis Stevenson lors d’un combat au Centre Vidéotron de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | L’interminable saga impliquant Eleider Alvarez, Badou Jack et Adonis Stevenson tire à sa fin. Et au moment de mettre sous presse hier soir, on ne savait pas encore quelle serait la conclusion.

Tout le monde, incluant Yvon Michel, a été plus que discret depuis plusieurs semaines, mais on sait maintenant que le clan Alvarez a fini par obtenir l’appui de Mauricio Sulaiman, président de la WBC, pour obtenir justice.

Et que la WBC et le clan Alvarez ont donné jusqu’à aujourd’hui à Al Haymon, et surtout Adonis Stevenson, pour enfin signer les contrats qui attendent depuis six mois leurs signatures.

L’entente est intervenue en octobre dernier. Alvarez obtenait un montant d’un million pour deux combats dont le deuxième était un affrontement pour le titre contre Stevenson ou Badou Jack en fonction de celui qui l’emporterait. Mais on est rendu en avril et Haymon et Stevenson n’ont toujours pas signé le contrat.

Il semble que Stevenson refuse absolument d’affronter un boxeur local comme Eleider Alvarez au Québec. Il ne veut pas que sa carrière se termine sous des huées.

Stéphane Lépine, le conseiller d’Alvarez, a été très conciliant par le passé. Selon les informations disponibles, il joue beaucoup plus dur depuis quelques mois.

Si l’imbroglio contractuel se règle pendant le week-end, la date du 19 mai demeure toujours valable. Au Centre Bell. Sinon Alvarez va tenter de forcer la WBC à décréter un combat obligatoire entre Adonis Stevenson et Eleider Alvarez.