/lifestyle/psycho
Navigation

Éloge des bienfaits de la marche

Dan Rubinstein
Photo courtoisie Dan Rubinstein

Coup d'oeil sur cet article

En mariant des reportages et des entretiens exclusifs avec des personnalités ferventes de la marche, dont le médecin innu Stanley Vollant, le journaliste Dan Rubinstein décrit le pouvoir de transformation de la marche dans la traduction française de Born to Walk, Un pied devant l’autre.

Dans cet ouvrage inspirant, Dan Rubinstein, qui se décrit comme un « marcheur compulsif », raconte comment il a profité de ses longues randonnées à travers le Canada, les États-Unis et le Royaume-Uni pour approfondir sa réflexion sur les bienfaits de la marche.

Il a interviewé de nombreuses personnalités, épluché de nombreuses études universitaires, recueilli des témoignages. Ses conclusions sont claires : ceux et celles qui s’adonnent à la marche sont sur le bon chemin pour améliorer leur santé physique et mentale, et contribuent également à une meilleure santé économique, écologique et sociale.

« Socialement, nous faisons face à plusieurs problèmes sérieux de nos jours. Plusieurs d’entre nous font aussi face à plusieurs problèmes, au niveau de la santé physique et mentale. La marche est une chose simple et économique qui peut contribuer à améliorer beaucoup de problèmes, d’une manière efficace », commente Dan Rubinstein en entrevue.

Pour lui, la marche n’est pas une chose, c’est un tout qui influence la santé physique et mentale des individus autant que la santé physique et mentale d’une collectivité. Et cette activité a également un impact sur la santé de la société, la santé de l’environnement et la santé spirituelle, ajoute-t-il.

« Marcher n’est pas une solution magique et immédiate qui solutionnera les problèmes de tout le monde, tout de suite, mais c’est un pas dans la bonne direction. Plus on marche, et plus les gens marchent dans la communauté, plus on pourra réorganiser nos vies pour que la marche y occupe plus de place. Nous aurons ainsi plus de chances d’arriver à faire face aux problèmes qui, en apparence, nous submergent. »

Dr Stanley Vollant

Ce message fait partie du travail de Stanley Vollant, auprès de qui il a marché pendant deux semaines et demie, pendant l’hiver 2013, entre Manawan et Rapid Lake, au cours d’une marche appelée Innu Meshketu. « Il montre à de nombreuses personnes qui font face à des situations de vie ou de mort qu’en marchant pendant trois semaines, en améliorant sa santé, tout est à leur portée. »

Il garde d’ailleurs un souvenir impérissable de cette expérience immersive dans la grande nature québécoise. « Stanley est un homme vraiment inspirant », commente-t-il. « Stanley Vollant montre comment être résilient, être persévérant, et y aller un pas à la fois. C’est ainsi qu’on arrive à provoquer des changements. »

Rien de compliqué

Dan Rubinstein recommande aux gens de marcher, près de chez eux, sans se compliquer la vie. « Bien souvent, les gens vont parcourir plusieurs kilomètres pour se rendre jusqu’à un sentier de randonnée. C’est super, et je le fais. Mais j’aime aussi prendre une marche dans mon quartier. »

La beauté de la marche, dit-il, c’est qu’elle nous permet de voir des choses qui nous échappaient lorsqu’on passait en voiture. « Vous allez probablement aussi rencontrer des gens et peut-être même faire connaissance avec vos voisins. Leur parler. Vous allez sentir que vous faites partie d’un écosystème... mais aussi d’un écosystème social.

C’est important : on est virtuellement connecté avec tout le monde, mais la plupart d’entre nous, nous ne connaissons même pas nos voisins ! Marchez aussi près de votre milieu de travail, et marchez quand vous voyagez dans une nouvelle ville. Prenez le temps de découvrir des choses dans le vrai monde, tactile, réel. Et plus vous marcherez, plus vous allez apprécier la marche. »


L’auteur :

  • Dan Rubinstein a remporté de nombreux prix pour son travail de rédacteur en chef et d’auteur d’articles journalistiques.
  • Il est un collaborateur régulier de publications comme The Walrus, The Globe and Mail, The Economist et EnRoute.
  • Il habite à Ottawa.
  • Il a créé le site web www.borntowalk.org.

Extrait

<i>Un pied devant l’autre</i></br>
Dan Rubinstein</br>
Éditions Québec Amérique, 296 pages
Photo courtoisie
Un pied devant l’autre
Dan Rubinstein
Éditions Québec Amérique, 296 pages

« Marchez une demi-heure, cinq fois par semaine, dit un regroupement éducationnel américain appelé Every Body Walk ! et la montée d’endorphines soulagera le stress, la colère et la confusion. Aller se promener “en bonne compagnie et dans un endroit agréable” peut éloigner la dépression et l’anxiété, conseille le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail.

De plus, des scientifiques croient que la marche pourrait aider à prévenir l’atrophie du cerveau et, en conséquence, la démence et la maladie d’Alzheimer. Une meilleure circulation envoie au cerveau plus d’oxygène, de glucose et d’autres substances vitales. »

Dan Rubinstein, Un pied devant l’autre, Éditions Québec Amérique