/lifestyle/sexromance
Navigation

Sexe sans détresse

Sexe sans détresse
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Il existe de nombreux stresseurs dans la vie de tous les jours. Un très grand nombre de femmes et d’hommes sont aux prises avec des niveaux de tensions élevés, ce qui affecte considérablement la qualité de vie. Bien que la sexualité soit un moyen très efficace d’avoir du plaisir, de relaxer et de prendre une pause du rythme de vie effrénée, il n’en demeure pas moins qu’elle représente également une sphère occasionnant elle aussi du stress. Que ce soit des questions, des inquiétudes ou des appréhensions, celles-ci influencent très certainement le déroulement de la chose. Voici des réponses aux questions reçues dans les derniers mois.

« Comment peut-on savoir à partir de quand on parle d’éjaculation précoce ? »

L’éjaculation correspond au point culminant de l’excitation sexuelle chez l’homme. Lorsque celle-ci survient plus tôt que l’homme ne l’aurait souhaité, on parle alors d’éjaculation prématurée. Or, il est important de ne pas porter d’auto-diagnostic à cet effet puisque plusieurs facteurs et conditions peuvent influencer directement la modulation et la gestion de l’excitation sexuelle. Si la situation se produit depuis plus de six mois, qu’elle survient systématiquement (ou presque) lors de relations sexuelles et qu’elle occasionne un mal-être chez l’homme ou le couple, la consultation thérapeutique mérite d’être envisagée.

« Pourquoi certaines relations sexuelles sont-elles douloureuses ? Cela n’arrive qu’une fois de temps à autre, mais à ce moment-là les douleurs sont assez importantes pour qu’on doive cesser la pénétration. Pourquoi ? »

Il arrive effectivement que plusieurs femmes vivent des douleurs lors de la pénétration, et ce, même si cela ne se produit pas habituellement. Les causes pouvant être multiples, il pourra s’avérer difficile d’en identifier une seule responsable. Parfois l’origine provient d’un état de tension chez la femme ou au sein du couple (à ce moment elle est tendue, préoccupée, voire stressée – ses muscles seront alors davantage contractés, ce qui rendra la pénétration difficile et douloureuse). Il arrive également que certaines infections provoquent des douleurs – elles irradient alors parfois dans tout le bas du ventre. Un manque de lubrification peut provoquer une sensation de brûlure, d’inconfort et même de douleur à l’entrée du vagin. Certaines femmes m’ont également confié qu’un intestin chargé et une vessie pleine rendaient la pénétration vaginale douloureuse. Avez-vous le sentiment de reconnaître certaines causes possibles ? Dans le cas contraire, ou si les douleurs se présentent de nouveau, je vous suggère d’en parler avec votre médecin afin d’évaluer les causes possibles selon votre situation personnelle. Aucune femme ni aucun homme ne devrait vivre avec de la douleur lors des relations sexuelles.

J’ai eu des comportements sexuels non protégés. Je suis un homme de 21 ans. Mon partenaire m’a dit qu’il avait la chlamydia. Je dois aller passer des tests ou le fait de ne pas avoir de symptômes devrait me rassurer ? »

Il est tout à fait conseillé d’aller passer des tests de dépistage d’ITSS, car la plupart des infections étant asymptomatiques (ne présentent aucun symptôme clinique) – vous pourriez avoir contracté une infection sans que celle-ci ne présente de symptôme. Naturellement, l’utilisation du condom, qui offre une protection importante contre la transmission des ITSS, se doit d’être considérée afin de prendre bien soin de votre santé sexuelle. Je vous invite à consulter le site de Santé et services sociaux Québec : www.itss.gouv.qc.ca/mts-its-itss.dhtml

« J’ai peur, je dois consulter mon médecin pour mon premier examen gynécologique. Une chance que c’est un médecin femme. Ma mère a pris le rendez-vous pour moi et viendra me reconduire, mais je ne veux pas qu’elle reste dans le bureau avec moi c’est trop gênant. Mais en même temps j’ai vraiment peur. »

Votre inquiétude est tout à fait naturelle, soyez rassurée, les professionnels de la santé peuvent se montrer bienveillants à ces moments de votre vie. Vous pourriez d’ailleurs commencer la rencontre en exprimant votre peur, elle se fera sans doute rassurante et portera une attention particulière lors de l’examen. Elle vous expliquera ce qu’elle fera lors de cet examen. La plupart des jeunes femmes craignent la douleur et l’inconfort, il est donc important de parler avec votre médecin de vos préoccupations. N’hésitez pas à lui confier vos questionnements, la consultation est tout à fait confidentielle, c’est-à-dire que vos confidences seront bien gardées et elle saura vous conseiller adéquatement pour votre santé et votre santé sexuelle. Vous pourrez également parler de contraception avec elle.