/lifestyle/health
Navigation

Des assiettes toujours plus vertes

6 tendances pour manger plus sainement au quotidien

Coup d'oeil sur cet article

Plus sains et moins modifiés, les aliments qui terminent dans l’assiette des Québécois voyagent aussi de moins en moins. C’est le constat de Renée Frappier, présidente de l’Expo Manger Santé et Vivre Vert qui s’est tenue en mars à Québec et à Montréal. L’achalandage de l’événement est en progression constante et accueille aussi toujours plus d’entreprises québécoises, lesquelles foisonnent pour répondre à la demande. Auteure de plusieurs livres sur le sujet, Mme Frappier fait part des six tendances qu’elle observe en matière d’alimentation santé.

1. L’écogastronomie

Photo Fotolia

L’écogastronomie, c’est « se préoccuper de ce qui s’est passé avant que les aliments ne soient dans notre assiette, et après. On incite les gens à se préoccuper de leur provenance et des méthodes de transport », explique Renée Frappier. Le message semble faire son chemin, alors que les produits issus de l’agriculture biologique, axée sur la protection de l’environnement et sur le bien-être des animaux, ne cessent de croître au Québec. De 2006 à 2016, le nombre d’entreprises détenant une certification biologique a progressé de plus de 60 % dans la province. Plus de 8000 produits certifiés se retrouvent désormais sur les tablettes. « Plus le citoyen est informé des dangers des pesticides et plus il veut manger une alimentation qui est garante de sa santé », affirme Renée Frappier.

2. Davantage de protéines végétales

Photo Fotolia

La réduction de l’alimentation carnée s’avère un choix judicieux pour diminuer son empreinte écologique. D’autres font carrément le choix du végétarisme (exit la viande), du végétalisme (que des aliments du monde végétal), voire du véganisme (un mode de vie qui exclut toute exploitation ou cruauté envers les animaux).

Photo Fotolia

Tofu, tempeh, légumineuses et protéagineuses sont autant d’alternatives à la viande et au poisson.

3. L’agriculture maison

Photo courtoisie

Pour s’assurer d’une saine alimentation, rien de mieux que de produire soi-même ses fruits, légumes et fines herbes. L’agriculture maison, même en contexte urbain, tend à se répandre durant la belle saison. Des solutions innovantes existent également sur le marché pour étendre cette production durant l’hiver. La startup OGarden, basée à Lévis, propose par exemple un meuble à installer dans son salon permettant de cultiver, presque sans effort et à longueur d’année, plus de 30 types de semences biologiques, de la tomate cerise à la fraise !

4. La lactofermentation

Photo Fotolia

L’un des plus anciens procédés de conservation effectue un retour avec la lactofermentation, soit la transformation d’un aliment par les enzymes produites par des micro-organismes. De simples recettes permettent d’appliquer cette transformation à plusieurs catégories d’aliments : les légumes, mais aussi les céréales, les légumineuses, les fruits, le lait, les noix et les graines. Une alternative économique, écologique et savoureuse pour conserver et consommer ces aliments, signale Renée Frappier.

5. Le chanvre : une plante aux multiples bienfaits

Photo Fotolia

Plante riche en « bons » gras et en protéines, le chanvre s’insère parfaitement dans un régime alimentaire sain. « Les meilleurs gras pour la santé se retrouvent dans les noix, les graines, les olives et les avocats. Et dans les graines, le chanvre, qui a la chance de pousser dans notre climat ici au Québec, apporte des oméga-3 et des oméga-6 dans une bonne proportion pour notre corps », explique la présidente de l’Expo Manger Santé et Vivre Vert. On peut le consommer sous forme de graines dans les salades, les smoothies et plusieurs plats cuisinés, ou bien sous forme d’huile.

6. Réduire la friture

Photo Fotolia

Pour ceux qui ont fait le choix d’une saine nutrition, les aliments frits et leurs graisses nocives pour la santé cardiovasculaire sont évidemment à consommer avec modération. On y préfère la cuisson au four ou le recours à la friteuse sans huile, puis on varie les légumes : rutabaga et navet font d’excellentes frites, conseille Renée Frappier. Et pour les adeptes de poutine, le penchant végétalien de cette recette fièrement québécoise est à portée de main grâce à la multiplication des « fauxmage » (fromage végétal) sur le marché.

Quand il y a place à l’amélioration...

Photo courtoisie, La Récolte

Renée Frappier aurait aimé citer la lutte au gaspillage au chapitre des tendances, une variable fondamentale quand on veut adopter un régime sain pour soi et pour la planète. Pourtant, « même dans le monde de l’alimentation dite saine et naturelle, il y a quand même beaucoup d’emballage », souffle-t-elle. Le retour des coopératives d’alimentation et des boutiques de produits en vrac l’encourage. De la même façon, tous les gestes comptent pour éviter le gaspillage alimentaire, que l’on peut réduire en prévoyant mieux ses repas et en n’achetant que la quantité nécessaire d’ingrédients pour ses recettes. « Recycler, composter, c’est une démarche qui devrait être intégrée partout », souligne Mme Frappier. Sur la photo, la boutique La Récolte, sur la 3e Avenue à Québec, offre depuis décembre 2016 plusieurs produits en vrac, tels que riz et grains, farines, épices, huiles et vinaigres.