/24m/job-training
Navigation

Absent des médias sociaux ? C’est louche !

Social media concept.media marketing.
fgnopporn - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

37e AVENUE

 

En période de recherche d’emploi, un petit ménage virtuel s’impose pour s’assurer que ce qu’on affiche — consciemment ou non — présente un portrait favorable de notre candidature. Et si le grand ménage allait trop loin ?

Il n’est pas simple de faire disparaître ses traces sur le web... et il n’est pas recommandé de le faire non plus. L’invisibilité numérique est aussi éloquente qu’une photo peu flatteuse ou qu’un article discutable.

Alors que près des trois quarts des employeurs consultent Facebook, Twitter et LinkedIn avant de considérer sérieusement un candidat, 15 % considèrent une inactivité totale comme suspecte selon une enquête de Protecting.co.uk. Comment (et pourquoi) une personne peut-elle ne laisser aucune trace en 2018 ? Ou bien elle n’a rien réalisé qui soit digne de mention, ou bien elle a quelque chose à cacher : un constat défavorable dans les deux cas !

Une présence privée

Bien entendu, s’afficher comme un livre ouvert sur le web n’est pas non plus souhaitable. Qu’un profil Facebook soit sécurisé est par exemple considéré comme une bonne chose aux yeux d’un recruteur, qui y extrapole une certaine aisance en informatique de la part du candidat. Un compte Twitter ou Instagram silencieux est aussi facilement pardonnable, alors qu’un profil LinkedIn en dormance donnera une image d’une candidature négligée. Postuler en ne pensant qu’à son CV papier, c’est complètement dépassé ! Attention : sur le web, autant ce qu’on dit que ce qu’on souhaite ne pas dire... en disent long !