/world/usa
Navigation

Donald Trump qualifie de «honteuse» une perquisition dans les bureaux de son avocat

Coup d'oeil sur cet article

Le président américain Donald Trump a qualifié de «honteuse» une perquisition menée par le FBI dans les bureaux de son avocat, Michael Cohen.

L’enquête sur une ingérence russe dans la présidentielle américaine a rebondi lundi à New York avec un raid du FBI dans les bureaux de Michael Cohen, l’avocat personnel de Donald Trump et l’homme qui a payé une actrice de films X pour taire une liaison présumée avec le président.

AFP

Cette opération intervient «en partie à la demande» du procureur spécial Robert Mueller, a précisé dans un communiqué l’avocat de M. Cohen, Stephen Ryan.

Photo AFP

M. Mueller dirige l’enquête sur une collusion présumée entre l’équipe de M. Trump et des responsables russes lors de la campagne présidentielle en 2016 pour favoriser la victoire du magnat de l’immobilier.

Contactés par l’AFP, les services du procureur Mueller ont refusé de commenter cette opération.

Donald Trump a qualifié l’opération de police de «honte».

M. Ryan a dénoncé une perquisition «complètement inappropriée et non nécessaire» qui a eu pour conséquence «la saisie inutile de communications confidentielles avocat-client» par la police fédérale.

«Cette tactique gouvernementale est aussi mauvaise car M. Cohen a coopéré complètement avec toutes les entités gouvernementales, notamment en donnant des milliers de documents non confidentiels au Congrès et en faisant des dépositions sous serment», a-t-il ajouté. Il faisait référence au témoignage de l’avocat devant une commission du Sénat en septembre 2017.

Fidèle défenseur de Donald Trump, Michael Cohen est son avocat personnel et est parfois qualifié de «pitbull». Il a passé plusieurs années en tant qu’avocat principal de la Trump Organization, le groupe new-yorkais du milliardaire désormais géré par ses proches, et a été l’un de ses porte-parole lors de la campagne présidentielle.

Le quotidien Washington Post a affirmé début avril que le procureur Mueller considérait Donald Trump comme un sujet de son enquête, suggérant qu’il ne disposait pas d’indices ouvrant la voie à des charges. M. Mueller tente également de déterminer si M. Trump peut être poursuivi pour obstruction à la justice.

Courriels et documents fiscaux

Depuis son ouverture en mai 2016, l’enquête n’a cessé de se rapprocher du président. Plusieurs membres de son équipe de campagne ont été inculpés et l’avocat qui dirigeait l’équipe de conseils de M. Trump a démissionné, estimant que ses recommandations n’étaient pas suivies.

M. Trump dénonce cette enquête russe comme une «chasse aux sorcières» dirigée contre lui. Moscou dément toute implication des autorités russes dans la campagne américaine.

CBS via Getty Images

Selon les médias américains, les documents saisis ont également trait à l’affaire entre le président américain et l’actrice de films pornographiques Stormy Daniels.

De son vrai nom Stephanie Clifford, elle affirme avoir eu une liaison avec le magnat de l’immobilier en 2006 et 2007. A l’époque M. Trump était déjà marié avec son épouse actuelle, Melania. Leur fils Barron est né en mars 2006.

Michael Cohen a admis en janvier avoir versé 130.000 dollars à l’actrice dans le cadre d’un accord de confidentialité, quelques jours avant le scrutin présidentiel. Il a assuré que cette somme venait de ses fonds propres et non de l’argent de la campagne, et que son client n’avait pas été mis dans la confidence.

M. Trump, qui a toujours nié avoir eu une liaison avec Stormy Daniels, a affirmé la semaine dernière ne pas être au courant de ce versement d’argent.

L’actrice a récemment porté plainte pour faire invalider cet accord de confidentialité, estimant qu’il était nul puisque M. Trump ne l’a pas signé.

Selon le New York Times, citant une source proche de l’enquête, les policiers ont récupéré des courriels ainsi que des documents fiscaux et commerciaux.

Le Washington Post, citant une source proche de l’affaire, affirme que M. Cohen est soupçonné de fraude bancaire et de violations des règles sur le financement électoral.