/entertainment/movies
Navigation

Gala Québec Cinéma: cinq choses à retenir

Coup d'oeil sur cet article

Neuf nominations pour un film de zombies (Les Affamés), de jeunes cinéastes qui s’illustrent et le cinéma populaire qui s’invite à la fête : pas de doute, un vent de jeunesse et de changement souffle sur l’édition 2018 du Gala Québec Cinéma (les anciens prix Jutra), dont les finalistes ont été dévoilés mardi. Voici cinq choses à retenir sur les nominations :

Les films d’horreur brillent

Robin Aubert dans Tuktuq
Photo courtoisie
Robin Aubert dans Tuktuq

Jamais les films d’horreur n’ont autant brillé au Gala Québec Cinéma que cette année. Alors que Les Affamés, le film de zombies de Robin Aubert, a décroché neuf nominations (notamment pour les prix Iris du meilleur film et de la meilleure réalisation), le thriller psychologique d’horreur Le problème d’infiltration de Robert Morin en a obtenu dix, également dans les catégories importantes. Soulignons par ailleurs que Les Affamés n’est pas le seul long métrage de Robin Aubert à être nommé pour l’Iris du meilleur film, puisque son film Tuktuq a aussi été retenu dans cette prestigieuse catégorie.

Compétition relevée

Denise Filiatrault
Photo Pierre-Paul Poulin
Denise Filiatrault

Autant du côté des actrices que des acteurs, la compétition sera féroce cette année dans les catégories d’interprétation. Chez les femmes, on retrouve trois grandes actrices – Denise Filiatrault (C’est le cœur qui meurt en dernier), Maude Guérin (Chien de garde) et Élise Guilbault (Pour vivre ici) – qui feront la lutte à deux jeunes – Charlotte Aubin (Isla Blanca) et Mélissa Désormeaux-Poulin (Le trip à trois). Chez les hommes, Christian Bégin obtient la première nomination de sa carrière pour son rôle à contre-emploi dans Le problème d’infiltration. Ses principaux rivaux sont Patrick Huard (Bon Cop, Bad Cop 2) et Jean-Simon Leduc (Chien de garde).

Le cinéma populaire très présent

Mélissa Désormeaux-Poulin dans Le trip à trois
Photo courtoisie
Mélissa Désormeaux-Poulin dans Le trip à trois

Souvent boudé dans ce genre d’événement, le cinéma populaire sera présent cette année au Gala Québec Cinéma. À preuve, Patrick Huard a obtenu une nomination pour son rôle dans Bon Cop, Bad Cop 2, tandis que Mélissa Désormeaux-Poulin est en lice pour le prix Iris de la meilleure interprétation féminine pour sa performance dans la comédie Le trip à trois. Ces deux films sont aussi nommés pour le Prix du public, tout comme De père en flic 2, Ballerina et Junior Majeur. Enfin, le film Les rois mongols de Luc Picard, qui a connu un beau succès au box-office l’an passé, fait aussi belle figure avec huit nominations.

Place à la relève

Sophie Dupuis
Photo courtoisie
Sophie Dupuis

Si certains cinéastes d’expérience comme Robert Morin, Luc Picard et Robin Aubert ont réussi à tirer leur épingle du jeu, l’édition 2018 du Gala Québec Cinéma fait la part belle aux jeunes cinéastes. Parmi ces nouveaux visages, on retrouve la réalisatrice Sophie Dupuis qui a vu son premier long métrage Chien de garde décrocher huit nominations, notamment dans les catégories de meilleur film, meilleure réalisation et meilleur scénario. Le cinéaste montréalais Darren Curtis s’est aussi illustré en obtenant huit nominations pour son drame social Boost.

Dix nominations pour Hochelaga, mais...

Hochelaga, terre des âmes
Photo courtoisie
Hochelaga, terre des âmes

Le drame historique Hochelaga, terre des âmes du réputé cinéaste François Girard a beau avoir obtenu dix nominations, il a été ignoré dans les catégories de pointe, comme celles du meilleur film, de la meilleure réalisation et du meilleur scénario. Ce film ambitieux sur l’histoire de Montréal a été tourné avec un budget important de 15 millions de dollars.


♦ Le Gala Québec Cinéma aura lieu le dimanche 3 juin et sera de nouveau animé par Guylaine Tremblay et Édith Cochrane.