/news/politics
Navigation

Ottawa fait la sourde oreille à une demande d’enquête sur la tragédie de Lac-Mégantic

Ottawa fait la sourde oreille à une demande d’enquête sur la tragédie de Lac-Mégantic
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Ottawa fait la sourde oreille à une demande unanime de l’Assemblée nationale pour tenir une enquête sur la tragédie de Lac-Mégantic.

L’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité mercredi une motion qui presse Ottawa «de déclencher, dans les plus brefs délais, une commission d'enquête publique sur les circonstances de la tragédie ferroviaire du 6 juillet 2013 à Lac-Mégantic».

Cette demande de l’Assemblée nationale survient après que le jury d’un procès criminel a blanchi trois ex-employés de Montreal, Maine & Atlantic (MMA). Par la suite, les accusations contre MMA ont carrément été abandonnées parce que la poursuite n’était plus convaincue d’obtenir une condamnation.

Le bureau du ministre fédéral des Transports Marc Garneau a fait la sourde oreille à cette demande. Il a répliqué dans une communication écrite envoyée au Journal que plusieurs enquêtes avaient déjà été effectuées et que Transport Canada avait fait plus d’une centaine d’inspections après l’accident ferroviaire de Lac-Mégantic, qui s'est produit le 6 juillet 2013 et a fait 47 morts.

La porte-parole de M. Garneau s’est félicitée d’une poursuite qui a forcé la société Irving Oil, qui a dû verser quatre millions $ pour la recherche sur les normes de sécurité pour le transport des marchandises dangereuses. Elle a ajouté que cinq personnes «récemment trouvées coupables pour leur rôle dans la tragédie ont dû chacune payer une amende de 50 000 $».

Le gouvernement fédéral doit annoncer d’ici juillet les détails sur une voie de contournement de Lac-Mégantic.

Le député conservateur de Mégantic-L’Érable Luc Berthold a lui aussi dit non à une commission d’enquête qui «diluerait les efforts» pour la mise en place d’une voie de contournement. «Sur le terrain, personne ne m’a parlé d’une commission d’enquête. Après les procédures judiciaires qu’on a connues, la population n’a aucun désir de revivre le traumatisme encore une fois», a-t-il indiqué.

– Avec la collaboration de Maxime Huard