/weekend
Navigation

Lancement de saison 2018–2019 Au Théâtre Denise-Pelletier: Portés par l’émotion

Coup d'oeil sur cet article

Avec sa nouvelle programmation, le Théâtre Denise-Pelletier devrait faire vibrer ses spectateurs. Jeunes et moins jeunes seront interpellés par des propos marquants qui susciteront de grandes émotions.

Pantagruel

Photo courtoisie

Pour amorcer sa saison, le théâtre Denise-Pelletier fera reculer de 500 ans dans le temps ses spectateurs avec Pantagruel, un texte de François Rabelais. Au XVIe siècle, François Rabelais, humaniste de la Renaissance, estime qu’il est nécessaire de réformer la manière d’ingérer toute substance. « C’est un vieil auteur, un peu abandonné, affir­me Claude Poissant, directeur artistique du Théâtre Denise-Pelletier­­­. Je trouvais intéressant de le mettre à l’ordre du jour. C’est un monde tordu et irrévérencieux. » Pantagruel, fils de Gargantua, et roi des Dipsodes sera revu dans une adaptation de Gabriel Plante. Paul Ahmarani et Renaud Lacelle-Bourdon seront de la distribution.

►Dès le 26 septembre 2018 (salle principale)


Bonjour, là, bonjour

Photo courtoisie

Les productions du Théâtre Denise-Pelletier transporteront ensuite leurs spectateurs dans l’univers de Michel Tremblay. C’est la pièce, Bonjour, là, bonjour, mise en scène par Claude Poissant qui sera à l’honneur. « J’ai toujours voulu monter une pièce de Michel Tremblay, ce sera ma première fois sur une scène professionnelle », confie le directeur artistique qui précise qu’il s’agit là de sa pièce fétiche dans le répertoire de l’auteur québécois, où il est notamment question de relation incestueuse. « Encore aujourd’hui, j’aime beaucoup cette famille qui en impose beaucoup, où chaque membre est lié et tente de prendre sa place. » Pour présenter les 31 tableaux qui composent la pièce, on comptera notamment sur Sandrine Bisson, Annette Garant, Diane Lavallée, Gilles Renaud et Geneviève Schmidt.

►Dès le 7 novembre 2018 (salle principale)


Fanny et Alexandre

Photo courtoisie

On amorcera la nouvelle année avec une pièce de l’auteur suédois, Ingmar Bergman.

Tirée du film, l’histoire est campée en Suède au début du XXe siècle et raconte la vie du jeune Alexandre et de sa sœur Fanny, dont les parents sont propriétaires d’un petit théâtre. Mais leur destin basculera après la mort de leur père. La vie aisée d’autrefois rimera désormais avec austérité en raison de la rigidité du nouveau mari de la veuve. « L’histoire est basée sur l’enfance de l’auteur », rappelle Claude Poissant.

►Dès le 30 janvier 2019 (salle principale)


La société des poètes disparus

Photo courtoisie

« Je connaissais le film et le roman tiré du film et je tenais à présenter cette histoire sans savoir s’il existait déjà un texte adapté pour le théâtre », indique Claude Poissant qui cherchait à acquérir les droits. Le film du réalisateur Peter Weir sorti en 1989, qui mettait en vedette Robin Williams, a finalement été adapté en pièce de théâtre par le scénariste lui-même, Tom Schulman, en 2016, pour être jouée à Broadway. « C’est un film qui a marqué des générations », ajoute le directeur artistique avec enthousiasme.

L’histoire se déroule en 1959, quand un jeune adolescent est envoyé à la prestigieuse Welton Academy, dans le Vermont. Son professeur de littérature, M. Keating, refuse le conformisme de l’époque et incitera les adolescents à recréer avec passion la Société des poètes disparus, un groupe réputé de libres penseurs.

Dès le 20 mars 2019 (salle principale)


Dix autres pièces

Du côté de la salle Fred Barry, ce sont dix pièces qui prendront l’affiche cette saison. Parmi celles-ci, mentionnons, Je cherche une maison qui vous ressemble à la mémoire de Pauline Julien et Gérald Godin et La place rouge inspirée de l’œuvre d’Anton Tchekhov.