/news/currentevents
Navigation

Un chasseur est acquitté 4 ans après qu’un policier lui ait tiré dessus

 Thao Neth et l'enquêteur privé Mario Roy se préparent à présenter la poursuite criminelle privée, jeudi, à Shawinigan.
Photo courtoisie, Amélie St-Yves Thao Neth et l'enquêteur privé Mario Roy se préparent à présenter la poursuite criminelle privée, jeudi, à Shawinigan.

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | Un chasseur qui s’est fait tirer dessus à l’épaule par un policier embusqué sur son terrain a finalement été blanchi en cour d’appel.

Le 13 septembre 2013, à Saint-Mathieu-du-Parc, près de Shawinigan en Mauricie, Thao Neth circulait sur sa terre quand il a vu une tache noire entrer dans le bois. Croyant que c’était un orignal, il a immobilisé son véhicule et en est sorti avec une carabine. Il a finalement aperçu une perdrix, et a fait feu vers l’animal.

Or six policiers du Groupe tactique d'intervention de la Sûreté du Québec étaient à ce moment de passage sur sa terre, camouflés, en mission antidrogue.

Thao Neth a continué de marcher, arme dans les mains, jusqu’à ce qu’un policier embusqué se sente menacé et tire à l’aveuglette 10 balles vers lui. Thao Neth a été atteint d’une balle à l’épaule gauche, puis transporté en hélicoptère à l’hôpital.

Un an plus tard, il était accusé d’avoir déchargé intentionnellement son arme sans se soucier d’autrui, de port d’arme dans un dessein dangereux et d’utilisation négligente d’une arme à feu. Il a finalement été reconnu coupable le 18 novembre 2016 de deux des trois chefs d’accusation, mais a porté sa cause en appel.

Thao Neth, 61 ans, est soulagé que la cour d’appel l’ait acquitté sur toute la ligne à Québec, mardi. L’explication est que le juge de première instance Guy Lambert lui a accordé le bénéfice du doute, à savoir s’il était conscient qu’il y avait des hommes sur son terrain, sur un seul des trois chefs. Or ce doute raisonnable aurait dû mener à l’acquittement complet, ce qui est maintenant le cas.

« Je suis très soulagé, premièrement pour ma réputation, je suis un homme d’affaires à Trois-Rivières depuis 35 ans et je sais que cette histoire est de l’invention de toute pièce », dit-il.

Pas fini

Thao Neth et l’enquêteur privé Mario Roy entendent prouver dès jeudi au palais de justice de Shawinigan que 13 policiers de la Sûreté du Québec et du Service de Police de la Ville de Québec (SPVQ), en plus d’un témoin au procès, méritent des accusations criminelles.

Ils veulent démontrer à un représentant du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) qu’il y a entre autres eu tentative de meurtre, parjure et fabrication de preuves. L’avocat qui entendra la poursuite criminelle privée devra déterminer s’il rejette ou non les accusations au terme de deux jours d’audition.

Thao Neth entend aussi déposer une poursuite civile de 4,5 millions $ au SPVQ pour enquête dépendante bâclée dans les prochaines semaines. Celle de plus de 2 millions $ contre les policiers de la SQ suit toujours son cours.