/24m/city
Navigation

Festival des cafés indépendants: profession barista

Coup d'oeil sur cet article

C’est ce dimanche que débute la troisième édition du festival des cafés indépendants, qui porte pour la première fois le nom de «semaine du barista».

L’évènement se veut une célébration des artisans qui confectionnent chaque jour la boisson favorite de nombreux Montréalais.

Dans le cadre du festival, une soixantaine de baristas montréalais offriront notamment du café à un dollar le 21 avril prochain. Nous vous en présentons trois.

D’enseignante à barista

  • Nom : Anne-Marie Laliberté
  • Titre : Propriétaire et barista
  • Café : Café Lali - 1850, rue Notre-Dame O.
Nadia Lemieux

En juin 2016, Anne-Marie Laliberté faisait le grand saut en quittant son emploi comme enseignante pour réaliser un nouveau défi: celui d’avoir son propre café à Griffintown.

«J’avais enseigné un peu à travers le monde et j’avais découvert une passion d’essayer de trouver tous les petits cafés qui se cachaient partout dans les ruelles de différents pay », raconte-t-elle.

Elle s’épanouit aujourd’hui dans son nouvel environnement «plus calme et plus joyeux» qui correspond davantage à son image.

Anne-Marie met un point d’honneur à offrir deux torréfactions différentes, une foncée plus typique et une légère plus «funky» pour plaire à toute sa clientèle.

La piqûre en Australie

  • Nom : Stéphanie Karam
  • Titre : Propriétaire et barista
  • Café : Belém Café & Yoga - 4409 Boul Saint-Laurent

En août 2016, Stéphanie Karam prenait la décision de mettre sur pause sa carrière d’avocate pour fonder son entreprise: un café qui est aussi un studio de yoga.

C’est lors d’un voyage sac à dos en Australie qu’elle a eu la piqûre pour le métier de barista en y décrochant un travail dans un café.

«En Australie, ils sont très ‘’snob’’ avec leur café, souligne-t-elle. Si tu fais un mauvais latté, le client va te le dire, donc j’ai vraiment appris la bonne manière.»

Le contact humain est ce qu’elle apprécie le plus de son métier. «Les gens qui rentrent sont de bonne humeur. C’est vraiment un environnement santé où tu te sens bien, manges bien et bouges bien grâce au yoga.»

Connexions humaines

  • Nom : Antoine Di Stefano
  • Titre : Gérant et barista
  • Café: Cardynal - 1558 Mont-Royal E.
Nadia Lemieux

Antoine Di Stefano est dans son élément derrière le comptoir du Cardynal, qu’il gère depuis un an.

«Je suis passionné de café, c’est la base. Mais, ce que j’aime le plus, c’est de partager et d’échanger avec les gens, autant avec les clients qu’avec mes collègues et mes connaissances, sur les façons différentes d’apprécier le café.»

Avant de travailler dans le domaine du café, il était vendeur de chaussures. Bien qu’il s’agisse aussi de service à la clientèle, il mentionne que les deux sont très différents, puisqu’il n’avait pas l’occasion de partager des connaissances et une passion avec les acheteurs de soulier.

«Il y a une connexion dans un café qui est beaucoup plus intime et humaine que dans un magasin.»