/misc
Navigation

Le départ de Paul Ryan et la débandade des républicains

Coup d'oeil sur cet article

Paul Ryan, le républicain qui préside la Chambre des représentants, ne sollicitera pas un onzième mandat au Congrès en novembre. Ce départ signale un malaise profond dans le parti de Donald Trump.

Le président de la Chambre des représentants (speaker) suit le vice-président dans la ligne de succession à la Maison-Blanche, mais ce poste est généralement reconnu comme le plus puissant à Washington en dehors du bureau ovale.

Normalement, un politicien de 48 ans ambitieux devrait s’accrocher à ce poste, mais Paul Ryan a cru préférable de consacrer plus de temps à sa famille.

Pourquoi ce départ et quelles en seront les conséquences ?

Un héritage mince et controversé

Depuis sa nomination comme candidat républicain à la vice-présidence en 2012 et même avant, le représentant du premier district du Wisconsin était une force montante dans son parti.

Quand il a hérité du poste de speaker en 2015, il était vu comme un homme de principe attaché aux valeurs conservatrices, un expert en matière économique et un apôtre de la discipline fiscale. Il n’aura été rien de cela.

Ryan souhaitait abroger la loi sur la santé de Barack Obama et effacer les dernières traces de l’État-providence issu du New Deal. Son parti s’est avéré incapable de concevoir une alternative à Obamacare et ses propositions de privatiser ou d’éliminer certains programmes sociaux populaires étaient politiquement suicidaires. Le seul accomplissement de Ryan aura été la réforme fiscale de décembre dernier, qui constitue avant tout un transfert massif de richesse vers les riches. En prime, cet apôtre autoproclamé de la discipline fiscale léguera un déficit colossal nullement justifié par la conjoncture économique.

Symbole d’un parti en crise

Comme bien d’autres, Paul Ryan a fait mine de défendre les valeurs humanistes conservatrices et les principes démocratiques, mais à chaque occasion qu’il a eue de s’opposer aux comportements ou aux déclarations racistes, xénophobes, sexistes ou autocratiques de Donald Trump, il a courbé l’échine.

En restant en poste jusqu’à l’élection, Ryan évitera qu’un trumpiste déclaré mène la Chambre, mais son départ signale la mainmise totale de Donald Trump sur le parti qui avait fait mine de résister à son ascension en 2016.

Ça sent la défaite

Les élections partielles récentes ont démontré que les opposants à Trump sont considérablement plus motivés à voter que ses supporters.

Le taux d’approbation de Trump demeure bas et, historiquement, les présidents impopulaires se font lessiver à mi-mandat. C’est arrivé à Obama en 2010 et c’est probablement ce qui attend Trump en 2018.

Paul Ryan part parce qu’il sait qu’un Parti républicain minoritaire en 2019 n’aura pratiquement aucun pouvoir, en plus d’être dans la position peu enviable de défendre un président potentiellement menacé de destitution. À ce jour, 39 représentants républicains ont annoncé leur départ – un record. L’annonce de Ryan risque d’accélérer cette vague, en plus de décourager les donateurs. Bref, pour le parti de Trump, c’est la débandade.