/news/politics
Navigation

Lisée compare l’épinglette du PQ à la kippa

Jean-François Lisée a fait un parallèle entre son épinglette de parti politique, interdite en Chambre, et la kippa portée la veille par un député à l’Assemblée nationale.
Photo Simon Clark Jean-François Lisée a fait un parallèle entre son épinglette de parti politique, interdite en Chambre, et la kippa portée la veille par un député à l’Assemblée nationale.

Coup d'oeil sur cet article

Jean-François Lisée compare le droit à porter l'épinglette du Parti québécois à l’Assemblée nationale, une pratique interdite, et le port de la kippa par le député David Birnbaum lors d’une commémoration de l'holocauste.

«J'ai simplement indiqué: on a droit à la kippa et on n'a pas le droit à l'épinglette [du parti politique]. Et c'est tout simplement ce que j'ai dit», a expliqué le chef du PQ jeudi lors d’une mêlée de presse pour faire le point sur sa déclaration.

M. Lisée a fait cette comparaison lors de la période de questions. Le premier ministre Philippe Couillard avait remarqué que M. Lisée portait à son veston une épinglette du PQ. Cette pratique est proscrite au Salon bleu, une décision du Bureau de l’Assemblée nationale.

Lorsque le président Jacques Chagnon a demandé au chef péquiste de la retirer, M. Lisée a laissé tomber ce commentaire pour protester contre cette «hiérarchie des convictions». «Il y a les convictions religieuses, qui ont plus de droits, et les autres convictions : politiques, sociales, syndicales», a-t-il déploré.

M. Lisée, durant ce plaidoyer sur la force de ses convictions, a toutefois ajouté qu’il se «plie à la décision» et qu’il portait l’insigne péquiste par accident.

«Insulté et blessé»

David Birnbaum, qui soulignait la veille Yom Hashoah, la Journée internationale de commémoration des victimes de l’Holocauste, a dénoncé cette sortie.

«Je suis juif non pratiquant, mais j’ai été touché et je me suis donné le devoir de porter la kippa hier justement parce qu’on parlait du souvenir de l’holocauste. Si je portais la kippa en Allemagne en 1940, ça aurait été mon arrêt de mort. Je l’ai porté hier en toute fierté et solennité», a-t-il rappelé lors d’une mêlée de presse.

Le député libéral David Birnbaum a souligné mercredi la Journée internationale de commémoration des victimes de l’Holocauste.
Photo Simon Clark
Le député libéral David Birnbaum a souligné mercredi la Journée internationale de commémoration des victimes de l’Holocauste.

«La kippa est le symbole d’un peuple qui a 4000 ans. La dernière fois que j’ai vérifié, l’histoire du PQ est un peu plus modeste que ça», a ajouté le député de D'Arcy-McGee.

«C’était un drôle de commentaire ce matin. Il y a probablement des gens au nom desquels j’ai parlé hier qui serait très insultés et blessés de façon personnelle par ce qu’il a dit [jeudi] matin», a-t-il indiqué.

Le chef Lisée a rétorqué que le moment et la symbolique n’étaient pas mal choisis pour faire ce commentaire. «C'est la première fois que ça arrive, je pense, dans l'histoire du parlement qu'un chef de l'opposition ou qu'un député en fonction se fasse demander de retirer un signe de conviction politique. Alors, je vous mets au défi d'en trouver un autre, là. Alors, si ce n'était pas le moment là, quand est-ce que ça l'aurait été?», a-t-il dénoncé.