/news/education
Navigation

Des parents déplorent une grève «intolérable»

Le débrayage des professeurs le 1er mai sème la grogne

CSDM
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La grève illégale qu’ont votée les enseignants de la plus grosse commission scolaire du Québec, en pleine période d’examens de fin d’année, est « intolérable », selon les parents.

« Nous refusons qu’on utilise nos enfants comme moyen de pression », a réagi vendredi Sylvain Caron, président du comité de parents de la Commission scolaire de Montréal.

<b>Sylvain Caron</b></br>
<i>Comité de parents CSDM</i>
Photo courtoisie
Sylvain Caron
Comité de parents CSDM

Les enseignants de la CSDM ont voté jeudi soir pour tenir une journée de débrayage le 1er mai, plaçant quelque 75 000 élèves du primaire et du secondaire en congé forcé, en plus de ceux de la formation professionnelle et aux adultes.

Mesure illégale

Cette mesure est illégale, car les professeurs n’ont pas le droit de recourir au vote de grève lorsqu’ils négocient leur convention locale.

Le syndicat pourrait donc se retrouver devant les tribunaux et devoir payer une amende de 5000 à 50 000 $.

Quant aux enseignants, individuellement ils pourraient être condamnés à payer jusqu’à 100 $ chacun.

Mais les enseignants sont prêts à courir ce risque, espérant que la CSDM entende enfin leur « détresse », explique Catherine Renaud, présidente de l’Alliance des professeures et professeurs de Montréal.

Examens

« Nous craignons particulièrement les effets de ce conflit de travail en cette période cruciale de l’année scolaire, où nos enfants travaillent avec acharnement à préparer les examens de fin d’année », explique M. Caron.

Il s’inquiète aussi pour les parents qui ont un faible revenu et qui devront s’absenter de leur emploi.

La Fédération des comités de parents, qui regroupe quelque 18 000 parents impliqués dans leur école à travers le Québec, qualifie cette grève de « décision intolérable ».

De son côté, la CSDM examine ses recours juridiques.

« On va travailler à ce qu’il n’y en ait pas, de grève », dit la présidente Catherine Harel-Bourdon, qui espère signer une entente d’ici le 30 avril.

« C’est un moyen extrême qui a un impact sur les élèves », ajoute-t-elle.