/sports/soccer/impact
Navigation

Pas de taille

L’Impact s’incline 3 à 1 devant les Red Bulls

SPO-MONTREAL IMPACT VS NEW YORK RED BULLS
Photo d'archives, Rashid Umar Abbasi

Coup d'oeil sur cet article

HARRISON | L’Impact n’avait jamais récolté un point en saison régulière en huit visites au Red Bull Arena, et ce n’est pas samedi que les choses ont changé. Le Bleu-blanc-noir a subi une seconde défaite d’affilée, s’inclinant 3 à 1 devant les Red Bulls de New York.

La défense, et plus particulièrement le flanc gauche, a été à la peine pendant 90 minutes, et le onze montréalais a clairement démontré qu’il est à des lieues des Red Bulls quand ceux-ci ont pris les choses en main en seconde demie, alors que la marque était égale 1 à 1.

Ceux-ci se sont solidement implantés dans le territoire de l’Impact, qui a à peine touché au ballon pendant les 45 dernières minutes.

Bradley Wright-Phillips a profité du rôle de spectateur de Victor Cabrera pour balancer un centre à Alejandro Romero Gamarra, qui a redonné l’avance aux locaux (77e minute). Pendant ce temps, Samuel Piette revenait de loin pendant qu’aucun autre arrière central n’était sur le radar.

Puis, Kemar Lawrence a fait un grand arc sur le flanc droit sans jamais être embêté pour centrer à Michael Murillo, qui a porté la marque à 3 à 1 à la 76e minute.

Manque de ressources

Rémi Garde n’a pas cherché à défendre la performance de son équipe, qui n’a pas été mauvaise en première demie avant de s’effondrer alors que le mercure dépassait les 25 oCelsius.

« On n’a pas eu les ressources et la lucidité pour tenir le ballon comme on a pu le faire en première mi-temps. On n’a pas été dangereux pendant très longtemps en deuxième mi-temps. »

Pour l’entraîneur-chef, la météo a joué un certain rôle, mais ça n’explique pas tout.

« J’ai l’impression qu’on était moins bien physiquement en deuxième demie. On s’entraîne toute la semaine par des températures très froides. Peut-être que ça les a gênés. Ce n’est pas une excuse, mais c’est peut-être une explication.

On doit progresser et être capables de faire 90 minutes comme on l’a fait les 45 premières minutes, où on a fait résultat égal. »

Confusion

On peut parler de confusion, surtout défensive, pour expliquer les déboires montréalais dans ce match où les cafouillages ont abondé.

La première erreur est venue de Cabrera, qui a démontré qu’il est capable du meilleur comme du pire dans la même seconde.

Après une belle interception, il a remis le ballon dans les pieds de Florian Valot, qui a centré pour Wright-Phillips. L’attaquant des « Taureaux » a facilement battu Evan Bush pour ouvrir la marque dès la 5e minute.

Cabrera était parvenu à masquer ses défauts lors des trois premiers matchs de la saison, mais ça se complique depuis.

Mais ça ne s’est pas arrêté à l’erreur de Cabrera. Parvenant difficilement à gérer la pression intense des Red Bulls, les joueurs de l’Impact ont souvent cédé en n’ayant pas assez de temps pour exécuter le bon jeu.

Il y a donc eu des débordements dans le tiers défensif et il a fallu qu’Evan Bush dispute un solide match pour que les siens n’essuient pas un revers plus marqué.

Tir brillant

Mais n’allez pas penser que tout a été mauvais sur le plan offensif. Pour un, Jeisson Vargas a apporté sa contribution.

Après avoir frappé la barre transversale sur un coup franc plus tôt cette saison, il n’a pas raté une autre chance en créant l’égalité à la 33e minute.

Le Chilien y est allé d’une frappe d’environ 25 mètres qui a dévié sur le poteau gauche pour s’enfoncer dans les cordages, ne laissant aucune chance à Luis Robles.

Il ne fait plus de doute que Vargas doit être l’homme de choix pour les coups francs, d’autant que, de mémoire, il est le seul, hormis Didier Drogba, à avoir marqué en pareille circonstance depuis l’arrivée de l’Impact en MLS, en 2012.

+
Evan Bush
Souvent laissé à lui-même en deuxième demie, le gardien de l’Impact a fait tout ce qu’il a pu pour limiter les dégâts, comme en témoignent ses huit arrêts.
-
Victor Cabrera
Il est passé à côté de son match et a commis plusieurs erreurs de positionnement en plus de jouer mollement à plusieurs reprises.
3
1
New York
Gardien :
Luis Robles
Défenseurs :
Aaron Long, Kemar Lawrence, Michael Murillo, ­Tim Parker
Milieu :
Alejandro Romero Gamarra (remplacé par Marc Rzatkowski à la 82e minute), Daniel Royer, Florian Valot, Sean Davis (remplacé par Alex Muyl à la 87e minute), Tyler Adams
Attaquant :
Bradley Wright-Phillips (remplacé par Derrick Etienne à la 78e minute)
Montréal
Gardien :
Evan Bush
Défenseurs :
Chris Duvall, Jukka Raitala, Rod Fanni (remplacé par Daniel Lovitz à la 40e minute), Rudy Camacho, Victor Cabrera
Milieu :
Alejandro Silva, Ken Krolicki (remplacé par Louis Béland-Goyette à la 57e minute), Samuel Piette, Justin Mapp
Attaquant :
Ignacio Piatti, Jeisson Vargas (remplacé par Anthony ackson-Hamel à la 66e minute)
But
NEW YORK : Wright-Phillips (5e), Gamarra (57e), Murillo (76e) Montréal : Vargas (33e)
Cartons
NEW YORK : aucun MONTRÉAL : aucun Assistance : 15 017
 
TIRS
ARRÊTS
NYRB
11
2
MTL
3
8
 
POSSESSION
FAUTES
NYRB
56,6 %
9
MTL
43,4 %
10
 
HORS-JEUX
COINS
NYRB
6
9
MTL
3
4
 
NOMBRE DE PASSES
NOMBRE DE PASSES RÉUSSIES (%)
NYRB
452
74 %
MTL
353
65 %

 

Sur le même sujet