/investigations/truth
Navigation

Encore des promesses en l’air?

Encore des  promesses en l’air?
Photo d'archives, Toma Iczkovits

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, sont des expertes dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L’énoncé

Québec et Ottawa ont annoncé en grande pompe lundi un investissement de 32 M$ pour réaliser de nouvelles études sur le prolongement vers l’est de la ligne bleue du métro de Montréal.

« Aujourd’hui, nous confirmons sans l’ombre d’un doute que nous allons réaliser ce projet », a déclaré le premier ministre du Québec Philippe Couillard.

Les faits

Si le passé est garant de l’avenir, Philippe Couillard devrait tempérer son enthousiasme. Le projet de ligne bleue a fait l’objet de plusieurs annonces depuis 1979 sans qu’une seule pelletée de terre ait eu lieu.

En 2013, c’est un bureau de projet pour réaliser des études préalables qu’avait lancé le Parti québécois, alors au pouvoir.

« Il s’agit de l’aboutissement d’un projet mené depuis de nombreuses années », avait déclaré la péquiste Nicole Léger.

Quatre ans plus tôt, l’ex-premier ministre libéral Jean Charest assurait que la création d’un bureau mandaté d’étudier un éventuel prolongement signifiait le franchissement d’« une étape ».

Avec l’annonce de cette semaine, la ligne bleue n’existe encore que sur papier. Les 32 M$ serviront pour la création d’un dossier d’affaires du projet.

Il faudra ensuite que Québec s’engage à verser les 330 M$ aussi promis lundi pour lancer le processus d’acquisition et d’expropriation des terrains.

À moins de huit mois des prochaines élections, un éventuel changement de gouvernement pourrait également faire dérailler les plans actuels.