/finance
Navigation

Savoir s’arrêter quand cela est possible

Micheline Potvin, 60 ans, profite de sa retraite depuis bientôt un an.
Photo courtoisie, Cynthia Bécotte Micheline Potvin, 60 ans, profite de sa retraite depuis bientôt un an.

Coup d'oeil sur cet article

Micheline Potvin n’avait pas vraiment planifié de prendre sa retraite en 2017 alors qu’elle venait tout juste d’avoir 60 ans. Mais après avoir travaillé pendant 30 ans pour la même pharmacie et vaincu un cancer du sein, elle a préféré partir alors qu’elle avait encore la santé pour réaliser ses projets.

Au moment de notre rencontre, cette ancienne technicienne en laboratoire venait de terminer de jouer dans une pièce du café-théâtre de Chambly, intitulée Groupe seins. Le théâtre, c’est une passion qu’elle entretient depuis les années 1990.

« J’ai fréquenté la même école secondaire que René-Richard Cyr et Suzanne Champagne. Quand je les ai vus jouer sur une scène, ça m’a fait wow ! Je me voyais là moi aussi. Mais la vie a fait que j’ai pris un chemin différent. Ce n’est que plus tard que j’ai suivi des cours au café-théâtre. »

Elle a joué dans quelques pièces avant d’abandonner, trop accaparée par le travail et les responsabilités familiales. Elle a toutefois continué d’agir comme bénévole au sein de la troupe de théâtre. Puis, en 2010, elle décide de faire un retour au jeu.

Mais un mois avant de remonter sur scène, elle apprend qu’elle a un cancer du sein. S’ensuivent opération et traitements de chimiothérapie. Elle réussit à vaincre la maladie pour revenir au travail au bout d’un an.

En mars dernier, Micheline Potvin (au centre avec le gilet bleu) a eu le bonheur de remonter sur les planches pour une pièce intitulée <i>Groupe seins</i>.
Photo courtoisie, Dominique Lemire
En mars dernier, Micheline Potvin (au centre avec le gilet bleu) a eu le bonheur de remonter sur les planches pour une pièce intitulée Groupe seins.

Célébrer la vie

Il y a deux ans, une amie, Catherine Papineau, la contacte parce qu’elle écrit une pièce sur les seins. Un sujet qu’elle voulait aborder sous tous ses angles, dont celui du cancer.

« Elle voulait avoir mon témoignage », raconte Micheline qui, malgré le choc du diagnostic, a réagi de façon positive face à la maladie. Pour elle, ç’a été l’occasion de vivre encore plus dans le moment présent et de célébrer la vie. »

De fil en aiguille, l’auteure, inspirée par son histoire, lui propose de jouer son propre rôle dans la pièce. « Cela a allumé quelque chose en moi. J’avais renoncé au théâtre pour me faire soigner, j’y revenais maintenant pour montrer qu’il y a de l’espoir malgré tout. »

En plus, ça tombait bien puisqu’elle venait de décider de prendre sa retraite dans quelques mois. Elle avait de plus en plus de difficulté à soutenir le rythme effréné de son poste depuis son retour de congé de maladie. Et ce, même si elle avait réduit ses heures de travail depuis deux ans.

Une autre passion : la photographie

Le 2 mars 2018, la nouvelle retraitée est donc remontée sur les planches non sans trac, mais avec bonheur. En attendant, elle se consacre à son autre passion, la photographie.

Pour célébrer sa retraite, elle s’est d’ailleurs gâtée en s’achetant un nouvel appareil, un Nikon D600.

Financièrement, elle s’en tire bien même si ses dernières années sur le marché du travail ne lui ont pas permis de bonifier autant qu’elle l’aurait voulu son fonds de retraite, les cotisations ayant diminué durant les années où elle a travaillé à temps partiel. « Heureusement, on avait fini de payer la maison, sinon ça aurait été plus difficile. »

Pour combler le manque à gagner, elle fait l’entretien des bureaux des deux pharmacies de son ancien employeur à raison de 4 heures par semaine.

comment elle finance sa retraite ?

  • REER: 10%
  • Rente gouvernementale: 70%
  • Travail à temps partiel: 10%
  • Autres: 10%