/weekend
Navigation

Un nouveau défi pour Brigitte Boisjoli

Luc Plamondon et Brigitte Boisjoli
Photo d’archives, Sébastien St-Jean Luc Plamondon et Brigitte Boisjoli

Coup d'oeil sur cet article

Brigitte Boisjoli se considère comme une artiste privilégiée. D’abord, parce qu’elle a eu la chance de compter sur le soutien indéfectible de celui à qui elle rend hommage dans son tout dernier projet, Signé Plamondon. Ensuite, parce que l’amour du public lui permet de « rouler » deux spectacles différents sur les routes du Québec.

Officiellement, la tournée de son spectacle Patsy Cline devait prendre fin en février, mais la chanteuse, que nous avons jointe alors qu’elle venait à peine de briser la glace avec Signé Plamondon (la première a eu lieu le 6 avril, à Sorel-Tracy), nous a confirmé que d’autres représentations de son hommage à la légende country figurent à l’agenda, cet été.

« Je suis vraiment chanceuse, je le sais (...) Patsy Cline, j’ai l’impression que ça n’aura jamais de fin et je suis heureuse de ça », a-t-elle dit, précisant tout de même qu’elle ressentait le besoin de relever un nouveau défi.

« Le country, j’adore ça, mais avec Patsy Cline, je suis un peu dans mes pantoufles. J’avais besoin de retrouver le feeling des papillons dans l’estomac. C’est ce que j’ai retrouvé il y a quelques jours, à Sorel. »

En plus des pièces qui se retrouvent sur son disque Signé Plamondon (Question de feeling, Oxygène...), la chanteuse et ses musiciens présentent une douzaine de morceaux supplémentaires (Cœur de rockeur, La légende de Jimmy...) dans le cadre de ce spectacle que l’on a voulu « spectaculaire » et « flyé ».

« Luc aime ça, les spectacles à grand déploiement. Il m’a dit qu’il voulait des costumes avec de grands décors, a expliqué la chanteuse, qui devra même effectuer certains changements de tenue “en moins de 15 secondes”. Sinon, il m’a vraiment laissé carte blanche. »

Rires et folie

Bien qu’elle s’attaque à l’œuvre de l’un de nos plus grands auteurs, Brigitte a voulu faire de son concert un événement « familial et chaleureux ». Pour y parvenir, elle a misé sur son humour et sa « folie ».

« J’ai tellement côtoyé Luc, dans les dernières années, que je l’imite de mieux en mieux. C’est un point fort, je dirais. Je m’amuse comme une folle », a-t-elle expliqué, précisant qu’elle s’était aussi inspirée d’anecdotes vécues en sa compagnie pour ses interventions.

« Les gens ne connaissent pas Luc personnellement, et j’aime leur dire que c’est un passionné, un sentimental et un amoureux des chanteurs et chanteuses. Parfois, il a l’air inaccessible, mais c’est tellement faux. »


► Signé Plamondon s’arrêtera à la Salle Albert-Rousseau, à Québec, le 24 avril, ainsi qu’au Théâtre Maisonneuve, à Montréal, le 11 octobre.