/news/politics
Navigation

Les libéraux pas gênés de leur bilan

Les troupes de Philippe Couillard croient en leurs chances malgré l’insatisfaction des électeurs

Les ministres Laurent Lessard et Sébastien Proulx étaient tout sourires hier, lors de l’investiture du candidat libéral Stéphane Lacasse dans La Peltrie, hier, à l’Ancienne-Lorette.
Photo Didier Debusschère Les ministres Laurent Lessard et Sébastien Proulx étaient tout sourires hier, lors de l’investiture du candidat libéral Stéphane Lacasse dans La Peltrie, hier, à l’Ancienne-Lorette.

Coup d'oeil sur cet article

Loin de se formaliser de l’insatisfaction de la population sur les années libérales, les ministres de Québec ont plutôt vanté leur bilan, dimanche, à moins de six mois des élections.

Les ministres Laurent Lessard et Sébastien Proulx étaient tout sourires hier, lors de l’investiture du candidat libéral Stéphane Lacasse dans La Peltrie, hier, à l’Ancienne-Lorette.
Photo Didier Debusschère

« Certains voudraient dire que les gens sont pris avec nous depuis un certain temps. Je le dis autrement : les gens nous ont choisis tout ce temps-là. Et moi, je regarde toutes les réalisations qu’on a faites, je pense qu’on peut être satisfaits », a clamé le ministre de la région de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx, en réaction au sondage Léger-Le Journal publié samedi, selon lequel 67 % des Québécois ont une opinion négative des 15 années de règne libéral.

Une « carte d’affaires »

Les ministres Laurent Lessard et Sébastien Proulx étaient tout sourires hier, lors de l’investiture du candidat libéral Stéphane Lacasse dans La Peltrie, hier, à l’Ancienne-Lorette.
Photo Didier Debusschère

Devant les sympathisants libéraux réunis à L’Ancienne-Lorette pour l’investiture de leur candidat dans la circonscription de La Peltrie, M. Proulx a même parlé du bilan de son gouvernement comme d’une « carte d’affaires pour pouvoir rentrer chez les gens ». Questionné par Le Journal, celui qui est aussi ministre de l’Éducation a défendu la performance des gouvernements libéraux depuis 2003, y compris en matière de santé.

« Regardez le nombre de médecins de famille, regardez les accès, regardez les supercliniques, regardez les professionnels qui aujourd’hui peuvent aller au-delà des compétences ou responsabilités qu’ils avaient à l’intérieur de leur champ professionnel, alors les choses s’améliorent », a-t-il plaidé.

« Je me dis, oui, il y a place à l’amélioration, mais je trouve qu’on a fait un grand bout de chemin collectivement depuis ces années-là », a ajouté M. Proulx.

Gestion des finances publiques

Également présente, la ministre Véronyque Tremblay a vanté la gestion des finances publiques du gouvernement libéral. Elle refuse de croire à une fatigue des électeurs après des années de règne libéral.

« La seule fois où les gens ont décidé de faire un changement, ils l’ont regretté assez rapidement parce que 18 mois plus tard, ils ont encore fait le choix d’un gouvernement libéral », a-t-elle lancé lors de son allocution.

Déjà à l’attaque contre son adversaire caquiste

Le candidat du Parti libéral du Québec dans La Peltrie, Stéphane Lacasse, n’a pas perdu de temps avant de passer à l’attaque contre son adversaire caquiste Éric Caire.

« Son bilan depuis les 10 dernières années est assez mince. [...] Je cherche des réalisations et je n’en trouve pas », a tonné le politicien de 35 ans, dimanche, seulement quelques minutes après avoir été officiellement investi dans une salle de L’Ancienne-Lorette, où il réside.

Les ministres Laurent Lessard et Sébastien Proulx étaient tout sourires hier, lors de l’investiture du candidat libéral Stéphane Lacasse dans La Peltrie, hier, à l’Ancienne-Lorette.
Photo Didier Debusschère

Conseiller politique depuis quatre ans, notamment pour le ministre Laurent Lessard, M. Lacasse a poursuivi en qualifiant son opposant de « personne qui n’a pas de vision et qui est populiste ». Stéphane Lacasse s’est présenté comme étant près des gens et a dit vouloir travailler à réduire les temps de déplacement dans les transports et favoriser les soins de santé de proximité.

« Un peu de respect », demande Caire

Réagissant à candidature de M. Lacasse, le détenteur du poste de député depuis 2007 dans La Peltrie a assimilé ces déclarations à une insulte pour ses concitoyens.

« Il faudrait peut-être qu’il ait un peu de respect pour les électeurs dont il sollicite la confiance, parce qu’ils m’ont élu et réélu dans les 10 dernières années, dont trois fois à la majorité absolue », a lancé Éric Caire en entrevue avec Le Journal.

L’élu, qui entend se représenter aux élections, mais dont la candidature n’a pas été officialisée encore, s’est aussi montré irrité par une déclaration du candidat libéral sur le troisième lien, M. Lacasse ayant dénoncé « l’amateurisme » de la Coalition Avenir Québec sur cet enjeu.

« Laurent Lessard a été ministre des Transports et il n’a absolument rien fait pour le troisième lien, donc M. Lacasse porte un peu ce bilan-là », a rétorqué M. Caire.