/opinion/columnists
Navigation

Quelle réforme?

Coup d'oeil sur cet article

Une nouvelle étude d’un chercheur de l’Université Laval est sortie pour nous expliquer encore l’échec de la réforme scolaire. Chaque fois qu’une étude fait surface, j’ai toujours envie de demander, mais de quelle réforme parlez-vous ? Elle a le dos large cette soi-disant réforme pour expliquer les difficultés des jeunes à s’adapter à chaque niveau scolaire. Elle qui n’a jamais été totalement appliquée. Pourtant, ces difficultés d’adaptation sont connues depuis longtemps.

La réalité

L’application de la réforme est bien variée et ce n’est pas simplement lié à la formation des enseignants, mais à un ensemble de facteurs. Normalement, l’enfant devrait être mis au centre des apprentissages et apprendre grâce à des mises en situation innovantes et variées. Finis les cours magistraux, finies les résolutions de problèmes sur une page blanche sans contexte.

Cependant, la réalité est tout autre. Les coupes dans le système d’éducation ont augmenté le ratio enseignant-élèves à des limites insoutenables. Sans compter le fait que plusieurs écoles, selon l’aveu du ministre de l’Éducation, sont insalubres.

L’intégration des élèves ayant des difficultés, sans soutien particulier, a placé les professeurs devant une équation mathématique impossible à résoudre. Comment permettre à tous de profiter d’un enseignement de qualité tout en assurant aux doués et aux jeunes ayant plus de difficultés de bénéficier de suivis particuliers ?

Qui décide ?

La réforme est appliquée dans les livres dédiés aux différents programmes à enseigner, dans les examens. Par contre, elle est loin d’être réalisée à son plein potentiel. Nous savions que la réforme, telle qu’appliquée aux États-Unis avant de faire son apparition au Québec au début des années 2000, n’était pas la panacée annoncée. Mais pour lui donner une chance, il aurait fallu investir, mettre les ressources humaines et physiques nécessaires. Ce que l’on devrait pointer du doigt, ce n’est peut-être pas simplement la réforme, mais l’absence d’investissements intelligents en éducation.