/world/usa
Navigation

Russie: Washington va prendre de nouvelles sanctions en lien avec la Syrie

Security Council Holds Emergency Meeting After U.S. Airstrikes In Syria
AFP Nikki Haley

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON - Washington va prendre lundi de nouvelles « sanctions russes » en lien avec l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien, soutenu politiquement et militairement par Moscou, a annoncé dimanche l’ambassadrice américaine à l’ONU Nikki Haley.

Les États-Unis ont déjà pris de nombreuses mesures punitives contre le « mauvais comportement » de la Russie dans toute une série de dossiers, a-t-elle rappelé sur la chaîne Fox News, énumérant l’expulsion de 60 « espions russes » en riposte à l’empoisonnement au Royaume-Uni d’un ex-agent russe, les récentes sanctions contre des « oligarques » proches du Kremlin ou encore la vente de missiles antichars à l’Ukraine.

Elle a ensuite évoqué « les sanctions qui continuent d’arriver, ce que vous verrez encore lundi ».

Priée de dire plus tard dans une autre émission, Face The Nation sur la chaîne de télévision CBS, si Washington allait donc prendre des mesures contre les soutiens du président syrien Bachar al-Assad, la Russie et l’Iran, Nikki Haley a répondu: « absolument ».

« Vous allez voir que les sanctions russes vont arriver », a-t-elle ajouté. Le secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin « va les annoncer lundi, s’il ne l’a pas déjà fait, et elles vont viser directement toutes sortes d’entreprises qui s’occupent d’équipements liés à Assad et à l’utilisation d’armes chimiques », a-t-elle poursuivi, laissant entendre qu’il pourrait s’agir de sanctions ciblées contre des sociétés russes.

Les États-Unis ont mené samedi à l’aube des frappes ciblées, avec la France et les États-Unis, contre le régime de Damas, en riposte à une attaque chimique présumée. Elles ont visé exclusivement des installations liées, selon les Occidentaux, au programme d’armes chimiques syrien.

Mais Washington a promis d’intervenir à nouveau en cas de nouvelle attaque chimique, et a adressé une mise en garde à Moscou et Téhéran, promettant de poursuivre sa campagne également par des biais diplomatiques et économiques.