/news/politics
Navigation

Daniel Jean nie être derrière une théorie du complot

Le conseiller à la sécurité nationale a été entendu

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | La comparution tant attendue du conseiller à la sécurité nationale de Justin Trudeau, lundi, laisse planer encore beaucoup de mystère sur la prétendue tentative de sabotage du voyage en Inde.

Le Canada a été victime d’« efforts coordonnés de désinformation » pour faire mal paraître le premier ministre en Inde, a soutenu lundi le conseiller à la sécurité nationale Daniel Jean devant les élus.

M. Jean ignore qui est derrière le coup, et nie avoir dit qu’il s’agit du gouvernement indien. Il avait pourtant laissé entendre cette thèse à plusieurs médias, dont le Journal, anonymement en février.

Mal intentionnées

Ces personnes mal intentionnées voulaient, selon lui, faire croire que le gouvernement canadien savait que Jaspal Atwal, un ex-extrémiste sikh condamné au Canada, allait être présent à une cérémonie officielle.

Cela est faux, a assuré M. Jean, même si M. Atwal faisait partie de la liste d’invités du député libéral de la Colombie-Britannique, Randeep Sarai, qui a reconnu son erreur.

Daniel Jean soutient avoir pris lui-même l’initiative de « rétablir les faits », avec l’aide du bureau du premier ministre pour contacter les médias.

Quelle autorisation ?

« Il faut maintenant savoir ce que le bureau du premier ministre l’a autorisé à dire », analyse l’ancien conseiller politique de Stéphane Dion, Jocelyn Coulon.

« Le passage de M. Jean me laisse avec plus de questions que de réponse », se désole Vivek Dehejia, spécialiste de l’Inde à l’Université Carleton, à Ottawa.

Les conservateurs veulent savoir pourquoi le premier ministre a semblé accréditer la thèse selon laquelle l’Inde a tenté d’embarrasser le Canada, alors qu’il a réitéré sa confiance envers les fonctionnaires de sécurité en Chambre.

Pour le Nouveau Parti démocratique, la question est pourquoi un fonctionnaire, au lieu d’un élu, a ainsi communiqué le message du bureau du premier ministre.