/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve Doyon

Le «jovialisme linguistique»...

Le «jovialisme linguistique»...
Capture d'écran, youtube TLMEP

Coup d'oeil sur cet article

« Le français ne s’est jamais si bien porté au Québec », selon Michel C. Auger. C’est du moins ce qu’il laissait entendre hier lors de son passage à Tout le monde en parle. Voilà un mythe qu’il faut déboulonner. Et vite.

La dernière fois que j’avais lu une affirmation du genre sur l’état de la langue française au Québec, elle venait de l’éditorialiste en chef de La Presse, André Pratte. Elle m’avait fait sourciller.

C’est que dans le cadre de mes fonctions professionnelles actuelles et passées, j’ai dû me taper des liasses de documents sur le sujet. Et croyez-moi, quand on se tape les analyses de démographes et de statisticiens spécialistes du recensement sur cette question, ça te décoiffe le jovialisme linguistique!

Le 94,5%

Il y a ce chiffre avancé par le journaliste C. Auger qui réfère au recensement canadien de 2016. « Camille Laurin aurait été fier... » a lancé l’animateur de Radio-Canada. Vraiment? Regardons-y de plus près.

Ce pourcentage réfère à la section « connaissance du français ». Il faut comprendre ceci à propos de la question 7 du recensement, tel qu’on l’explique dans le Guide de référence sur les langues en annexe au recensement, il s’agit ici de savoir si « la personne connaît assez bien le français pour soutenir une conversation ».

Voilà qui est sujet à interprétation et bien subjectif. Je peux vous assurer que je suis en mesure de « soutenir une conversation » en espagnol. Mais si on se fie à moi pour ajouter aux statistiques pour se gloser de la santé de cette langue, on est dans la schnoutte.

La raison pour laquelle on arrive à un chiffre si élevé c’est précisément, car cette question est subjective. Les paramètres pour cocher « oui » sont si vastes que l’on peut difficilement se fier à cette donnée, en pleine heure de grande écoute à la télévision d’état, pour clamer que Camille Laurin serait donc fier des effets de sa Loi 101...

Le portrait linguistique, plus nuancé, plus inquiétant

Le démographe Marc Termote est l’une des sommités en matière d’analyse de ce type de données. Lors du premier colloque de l'Institut de recherche sur le français en Amérique tenu en novembre 2008, ce chercheur avait déjà sonné l’alarme :

« Le déclin du français au Québec est à ce point inexorable que le démographe Marc Termote affirme que le gouvernement n'aura pas d'autre choix que d'envisager de prendre les grands moyens s'il veut renverser la vapeur: une halte à l'immigration ou l'imposition de l'unilinguisme français partout sur un territoire donné ».

Près d’une décennie plus tard, rien de tout cela n’a été fait afin de stopper le déclin du français, bien au contraire! Le gouvernement Couillard milite sans cesse pour l’augmentation des seuils d’immigration. Aussi, la grande région de la métropole demeure l’endroit où s’établit l’écrasante majorité des immigrants.

Quant à l’imposition de l’unilinguisme français, oubliez ça! C’est plutôt l’inverse qui se produit. La pression est toujours plus forte pour que le bilinguisme s’impose partout, notamment au sein de l’état du Québec, pourtant officiellement francophone. La nouvelle mairesse de Montréal contribue à l’imposition du bilinguisme institutionnel. Si elle aspire à un second mandat, c’est la chose à faire.

Pourquoi? Car Montréal s’anglicise toujours plus. Et on en vient ici aux notions de « langue d’usage » et de « transfert linguistique ».

En se souvenant que le 94,5% ne réfère qu’aux personnes en mesure de soutenir une conversation en français, qu’en est-il vraiment de la langue d’usage, de celle qui est parlée?

Le spécialiste en chef de la section de la statistique linguistique à Statistique Canada Jean-Pierre Corbeil apporte certaines nuances :

« C’est au Québec que l’augmentation de l’anglais comme langue d’usage a été la plus marquée parmi les provinces. « On parle d’une croissance de 102 000 personnes au Québec qui ont l’anglais comme [langue d’usage], comparativement à 149 000 pour le français » [des données corrigées par Statistiques Canada après la publication de cet article du Devoir qui rendent l'augmentation moins élevée], détaille le spécialiste.

Cette évolution est aussi attribuable à la progression du nombre d’immigrants qui s’installent au Québec et dont la langue maternelle est une langue « tierce », selon lui. « Une partie non négligeable de ces immigrants ne connaît que l’anglais. Ils finissent par apprendre le français et travailler en français, mais en matière de langue d’usage, c’est certain que l’anglais semble une tendance lourde. »

À ce sujet, précisément, lors du colloque de 2008, le démographe Termote avait servi une mise en garde non négligeable :

« Selon les prévisions de M. Termote, la part du groupe francophone selon la langue d'usage à la maison diminuera tout au long de la période à l'étude soit 2006-2051, et ce, «quelles que soient les scénarios». «La seule différence au fil des ans, c'est la vitesse du déclin», a-t-il indiqué. »

Et plus loin :

« Marc Termote a également souligné la situation «anormale» de Montréal, l'un des seuls endroits où la pérennité de la langue de la majorité, le français, n'est pas assurée. «Dans la plupart des sociétés d'immigration, la pérennité de la langue n'est pas mise en danger par le comportement démographique des immigrants ou de ceux qui y vivent déjà. Ce sont des sociétés protégées par la loi du sol, c'est la loi du nombre qui l'emporte de facto», a-t-il indiqué en mentionnant Bruxelles comme exemple. «Le seul endroit où il y a un laisser-faire, c'est Montréal.» Le démographe ajoute que, dans le contexte nord-américain où l'anglais est très présent, il est inconcevable de parler de la «loi du sol» pour Montréal. »

Ajoutons à ces données le fait que le Québec traine de la patte en matière de francisation des nouveaux arrivants. En novembre 2017, il n’y a que quelques mois de cela, la vérificatrice générale dressait un constat accablant du bilan du gouvernement libéral en matière de francisation. Ceci devrait faire réfléchir :

« Constat encore plus cinglant : plus de 90 % de ceux qui complètent le cours de francisation sont incapables de fonctionner au quotidien en français.

Selon les données de 2015, pour ce qui est de l'expression orale, seulement 9 % ont atteint le « seuil d'autonomie langagière » fixé par le ministère dirigé par David Heurtel. À l'écrit, c'est encore pire : 3,7 % ont passé le test en « compréhension écrite » et 5,3 % en « production écrite ».

Le « seuil d'autonomie langagière » est le seuil minimal de maîtrise du français déterminé pour accéder au monde du travail ou entreprendre des études postsecondaires, selon l'évaluation faite par le ministère. »

Le « mythe » que l’on se doit de déboulonner au plus sacrant en matière de langue au Québec c’est que le français s’y porte merveilleusement bien. Et par son « jovialisme linguistique », Michel C. Auger nuit à la cause de la pérennité du français au Québec.