/news/society
Navigation

Le maire de Louiseville veut ramener la prière et le crucifix

Yvon Deshaies
Capture d'écran, TVA Nouvelles Yvon Deshaies

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Louiseville, en Mauricie, Yvon Deshaies, que la CAQ avait tenté de recruter pour les prochaines élections, compte défier le jugement de la Cour Suprême en ramenant la récitation de la prière et le crucifix à son hôtel de ville.

Le plus haut tribunal du pays avait proscrit la prière au nom de la neutralité religieuse dans les institutions publiques à la suite d'une plainte visant l'administration Jean Tremblay à Saguenay.

«Ils viendront m'arrêter», a dit le maire, lundi.

Yvon Deshaies n'accepte pas que le gouvernement du Québec ne soit pas intervenu pour fermer la porte à la demande d'une jeune aspirante policière de Montréal qui a réclamé le droit de porter le hijab dans la police. «La prière à Louiseville va revenir. Elle veut réaliser son rêve. Elle a 17 ans. Moi, j'ai 62 ans et je veux continuer le rêve d'autrefois, de mes prédécesseurs. On n'en parlera plus. Chacun va faire ce qu'il veut», a lancé Yvon Deshaies.

En 2015 Louiseville s'était plié au jugement de la Cour Suprême et avait mis fin à la récitation de la prière.

La Coalition Avenir Québec a tenté de recruter Yvon Deshaies pour la circonscription de Maskinongé en vue des élections du premier octobre prochain. Une rencontre de 30 minutes a eu lieu l'automne dernier. Yvon Deshaies a toutefois décliné l'invitation ne souhaitant pas prendre fait et cause pour un parti politique parce qu'il vient tout juste d'entreprendre un nouveau mandat à la mairie.