/news/politics
Navigation

Une cinquantaine de chantiers de plus cette année à Montréal

Chantiers routiers
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Les Montréalais devront composer avec une cinquantaine de chantiers de plus que l’année dernière, alors que la métropole investira 1,18 milliard $ pour remettre en état environ 500 km de rues et de conduites cette année.

Près de 500 chantiers sont prévus en 2018 par le Service des infrastructures, de la voirie et des transports, contre 450 chantiers similaires menés en 2017. Par contre, ce nombre n’inclut pas les travaux de construction domiciliaire, d’arrondissement et du ministère des Transports, comme celui de l’échangeur Turcot, ce qui fait grimper le nombre total de chantiers sur l’île.

«C’est le défi qu’on se donne justement, c’est une meilleure coordination de nos chantiers, et de ceux de nos partenaires et des promoteurs. Pour y arriver efficacement, on a pris conscience qu’on a besoin de meilleurs outils pour intégrer toute l’information», a expliqué lundi le responsable des transports Éric Alan Caldwell.

La Ville réserve une enveloppe de 542 millions $ pour la voirie, 538 millions $ pour ses infrastructures de l’eau et ses usines et 96 millions $ pour ses grands projets. En 2017, un total de 788 millions $ avait été investi pour réparer les infrastructures.

L’opposition croit qu’il est exagéré que l’administration se vante de ses investissements importants, puisqu’entre 20 % et 25 % de ceux-ci ne se réaliseront pas. «C’est prendre ses désirs pour la réalité», a critiqué par voie de communiqué le chef intérimaire Lionel Perez.

Plusieurs nouveaux chantiers sont à l’agenda, comme ceux sur la rue Sainte-Catherine et Saint-Hubert, et les travaux préparatoires pour le Service rapide par bus Pie-IX. Les Montréalais feront aussi face à un nouveau chantier sur la rue Saint-Denis, entre Jean-Talon et Jarry, qui débutera en mai et se terminera en 2019 pour un coût de 33 millions $.

Le responsable des infrastructures Sylvain Ouellet reconnaît que tous ces travaux entraîneront des perturbations de la circulation. «L’an passé, on a fait une pause relative au centre-ville pour les festivités [du 375e anniversaire], mais là il faut rattraper», a-t-il indiqué.

Éviter les dédoublements

Montréal adoptera cette semaine une nouvelle version de sa politique pour encadrer les travaux des réseaux techniques urbains (RTU) pour éviter les dédoublements de travaux.

La Ville imposera un moratoire de cinq ans aux entreprises d’utilité publique, comme Hydro-Québec, Énergir et Bell Canada. Elles ne pourront pas rouvrir une rue qui vient d’être reconstruite, sauf pour des situations d’urgence. S’ils ne respectent pas la consigne, ces services s’exposent à des frais de dégradation de la chaussée.

Une nouvelle vélorue

Autre chantier important, l’aménagement de la vélorue sur la rue Saint-André, entre la rue Cherrier et l’avenue Laurier, où la priorité sera réservée aux cyclistes. Les travaux de 26 millions $ dureront jusqu’en 2020.

Cette année, 33 km de voies cyclables seront aménagées, contre 59 km en 2017. La conseillère associée aux transports actifs Marianne Giguère a souligné que l’administration préférait miser sur la qualité et le confort des aménagements, plutôt que le nombre de kilomètres.

Nouveaux chantiers en 2018

• Rue Saint-Denis (Entre Jean-Talon et Jarry)
• Service rapide par bus Pie-IX (travaux préparatoires entre Henri-Bourassa et Pierre-De Coubertin)
• Rue Sainte-Catherine Ouest (entre De Bleury et Mansfield)
• Plaza Saint-Hubert (entre De Bellechasse et Jean-Talon)
• Rue Saint-André (entre Cherrier et Laurier)

Secteurs parmi les plus touchés

• Ville-Marie
• Plateau-Mont-Royal
• Secteur de la rue Notre-Dame
• Boulevard Pie-IX
• Ahuntsic-Cartierville (Secteur Laurentien-Lachapelle)