/news/currentevents
Navigation

Émeute de Victoriaville en 2012: 35 jours de suspension pour un policier de la SQ

Émeute de Victoriaville en 2012: 35 jours de suspension pour un policier de la SQ
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le policier de la Sûreté du Québec qui avait utilisé son arme sans discernement lors de l’émeute de Victoriaville de 2012 et blessé trois manifestants, dont deux gravement, a été suspendu sans solde pour une période de 35 jours.

L’agent Denis Burelle a été sévèrement critiqué par le Comité de déontologie policière, qui a rendu sa décision mardi.

Après avoir passé en revue la chronologie des événements et analysé les témoignages entendus, le tribunal a retenu que, selon la preuve, l'agent Burelle avait été «dépassé par les événements».

L’agent a d’ailleurs dit qu'il ne se souvenait pas d’avoir utilisé son arme intermédiaire lors de la manifestation qui a viré à l’émeute le 4 mai 2012, devant le centre des congrès de Victoriaville où se tenait le conseil général du Parti libéral du Québec.

Or, Denis Burelle a tiré pas moins de 10 balles de plastique lors de l’événement.

L’une d’elles a atteint Alexandre Allard à l’oreille, lui infligeant une double commotion cérébrale et lui fracturant l’os temporal.

Une autre balle tirée par l’agent Burelle a atteint Dominique Laliberté-Martineau en plein visage. La jeune femme a subi une double fracture de la mâchoire et perdu six dents.

«De toute évidence, l’agent Burelle a tiré trop haut, puisqu’il a atteint Mme Laliberté-Martineau et M. Allard au visage. L’agent Burelle a failli à ses obligations en ne respectant pas les règles d’engagement qu’il devait suivre», a écrit le Comité dans sa décision.

Il s’agit de la première inscription déontologique au dossier de l’agent Denis Burelle depuis qu’il a rejoint la police, en 1986.