/24m
Navigation

Graffitistes condamnés à l’excellence

Artistes : Zek et Dodo Ose
Mathieu Gagnon Artistes : Zek et Dodo Ose

Coup d'oeil sur cet article

Il y a tellement de nouvelles belles œuvres murales éparpillées dans Montréal que le promeneur ne finit plus d’en découvrir. Alors que le festival de musique ou d’humour se targue de générer des retombées économiques, un grand festival d’art urbain comme Mural Montréal, à sa 6e édition en juin, engendre des retombées esthétiques. Ses œuvres embellissent la ville pendant des années.

Artistes : Snikr et Style Over Status
Mathieu Gagnon
Artistes : Snikr et Style Over Status

 

Le mot graffiti porte désormais à confusion. Reculons d’une génération et demie: il signifie vandalisme, barbeau, et évoque le sordide, la saleté, la drogue, le crime. Maintenant, le graffiti s’impose comme forme d’art. Pensons au Léonard Cohen géant du 1420, rue Crescent inauguré le printemps dernier. On a envie de lui dire salut, Monsieur, et de le photographier (ce que font des milliers de touristes et de Montréalais). Ce n’est pas du graffiti au sens harlémien-bronxois, mais ça occupe la même place. Le gribouillage de barbeaux existe encore, mais se remarque moins.

Artiste : Dodo Ose
Mathieu Gagnon
Artiste : Dodo Ose

Désormais, même si tu manies la bonbonne à la sauvette vers deux heures du matin, tu es censé produire quelque chose de remarquable. C’est un petit monde, le graffiti, et les autres artistes te jugent. Ça me rappelle le titre d’un ancien spectacle de Martin Matte: Condamné à l’excellence. Tant mieux pour nos yeux. Je prévois un printemps et un été 2018 particulièrement riches en œuvres murales.

Musée foisonnant

Je connais trois grands amateurs de murales. Qui les prennent systématiquement en photo. Pour les «collectionner» et pour les faire découvrir à d’autres. Un va partout à pied. Un autre pratique la course (Mathieu Gagnon qui me fournit les photos pour illustrer cette chronique, merci). Le troisième fait du vélo.

Artiste : Sbuone (sbuone.com)
Mathieu Gagnon
Artiste : Sbuone (sbuone.com)

Mais personne ne peut être certain d’avoir vu chacun de ces «tableaux» qui se déploient sur des kilomètres et des kilomètres de rues et de ruelles.

– La Ville recense 174 œuvres officielles dans son catalogue (ville.montreal.qc.ca/murales/galerie).

Galerie des murales – Murales – Ville de Montréal

ville.montreal.qc.ca

La Ville de Montréal présente les murales géolocalisées et réalisées sur son territoire dans le cadre de son programme d'Art mural.

– Le site de Mur à Mur, wall2wallmtl.com, suggère une carte des œuvres pour une promenade au centre-ville.

– Les tours guidées Kaléidoscope (tourskaleidoscope.com) proposent deux marches pour admirer l’art urbain.

– La semaine prochaine, le festival Mural Montréal va lancer sa programmation qui s’étendra du 7 au 17 juin : muralfestival.com

Plogging (suite)

Depuis ma chronique de la semaine dernière au sujet du «plogging» (course avec ramassage de déchets – du mot plogga (ramasser) en suédois), j’en ai refait. Encore en solo. Une heure. Cette fois pour nettoyer le chemin qui va de chez moi vers la garderie. Quatre sacs à vidanges pleins de cochonnerie. Ça fait une différence évidente.

Depuis une semaine, de nouvelles initiatives de plogging pour le Jour de la Terre en fin de semaine prochaine s’organisent. Pour vous tenir au courant, je vous suggère d’adhérer au groupe Facebook Plogging-Montréal.