/news/politics
Navigation

Québec entend renforcer le rôle des services partagés

Le président du Conseil du trésor, Pierre Arcand
Photo Simon Clark Le président du Conseil du trésor, Pierre Arcand

Coup d'oeil sur cet article

Québec veut confier plus de responsabilités au Centre des services partagés du Québec (CSPQ), malgré ses déboires, qui font régulièrement la manchette.

Le président du Conseil du trésor, Pierre Arcand, a confirmé jeudi qu’il entend exiger plus de « services obligatoires » pour lesquels les ministères et organismes publics devront s’approvisionner exclusivement auprès du CSPQ.

En marge de l’étude des crédits qui débute à l’Assemblée nationale, Pierre Arcand a renouvelé sa confiance envers l’organisme chargé de réaliser des achats groupés pour le gouvernement. « Parfois, au Québec, on met l’emphase à chaque fois sur quelque chose qu’il y a de pas correct », dit le ministre. 

« Plus-value »

À ses côtés, le nouveau président-directeur du CSPQ, en poste depuis novembre dernier, a dit vouloir démontrer la « plus-value » de l’organisme pour certains services. « Par exemple, on travaille très fort pour amener un dossier d’affaires sur le regroupement des centres de traitement informatique », illustre Jacques Caron.

Pourtant, les médias ont dévoilé de nombreuses lacunes dans sa gestion au fil des ans, notamment dans les dossiers informatiques.

Inutilisées depuis 10 ans

En début semaine, Le Journal révélait d’ailleurs que près de 7000 pièces d’équipement électronique destinées aux services d’urgence québécois dorment dans un entrepôt depuis 10 ans.

Jacques Caron affirme que ce délai a été causé par des « problèmes techniques », qui ont entraîné des retards dans le plan de déploiement de la Sûreté du Québec.

Le grand patron du CSPQ assure toutefois que les pièces ne seront pas désuètes quand elles seront finalement déployées. « La technologie qui a été achetée, elle pourrait être bonne jusqu’en 2035 », souligne-t-il.

De plus, Pierre Arcand rappelle que l’achat groupé de cet équipement en 2009 a permis d’économiser « plusieurs millions $ ».