/investigations/truth
Navigation

Le paradis des familles, vraiment?

Periode des questions
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, sont des expertes dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L'énoncé

En réponse aux critiques de la péquiste Véronique Hivon, qui imputait la baisse de fécondité du Québec à la baisse des services aux familles, le ministre Luc Fortin a défendu la politique familiale québécoise en déclarant : « Encore en 2018, le Québec est le paradis des familles. Au Canada, nous avons la politique familiale la plus généreuse. »

Les faits

Luc Fortin a raison de vanter les mérites de la politique familiale québécoise.

Dans le reste du Canada, les nouvelles mères ont actuellement 15 semaines de congé de maternité à 55 % d’un salaire maximal de 51 700 $. Les nouveaux parents se partagent ensuite 35 semaines de congé. Au Québec, les mères ont 18 semaines à 70 % d’un salaire maximal de 74 000 $ et les pères ont cinq semaines exclusives. Les parents se partagent ensuite 32 semaines.

Ottawa s’est même inspiré du Québec pour modifier les règles qui encadrent le programme de congés parentaux offert aux employés fédéraux.

De plus, en 2017, 48 des 100 des meilleures villes canadiennes pour élever ses enfants étaient québécoises, selon le magazine MoneySense, notamment grâce aux tarifs avantageux des garderies.

Mais tout n’est pas rose au Québec. Les inquiétudes de Véronique Hivon sont aussi basées sur des chiffres bien réels. En 1997, lors du lancement de la politique familiale du Québec, le taux de fécondité était de 1,54 enfant par femme. Ce taux a atteint un sommet de 1,73 enfant en 2008, notamment grâce au Régime québécois d’assurance parentale, avant de redescendre aujourd’hui aux valeurs de 1997.