/misc
Navigation

Quelles techniques privilégient-ils?

peche fishing
Photo fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Dès vendredi, les adeptes pourront enfin taquiner les truites mouchetées auxquelles ils rêvent depuis des mois. C’est le 27 avril prochain que commencera la saison tant attendue dans la plupart des zones. Pour vous aider à obtenir les résultats escomptés, j’ai demandé à cinq pourvoyeurs bien connus d’expliquer aux lecteurs du Journal quelle est leur meilleure méthode pour déjouer les poissons ciblés à ce temps de l’année. Voici donc leurs réponses :

Pignon Rouge Mokocan

peche fishing
Photo courtoisie

 

 

À Saint-Michel-des-Saints, les clients de Robert Lortie peuvent pourchasser les ombles de fontaine indigènes ou ensemencées dans des lacs de tête ou des étendues d’eau approvisionnés par une rivière. Ce boute-en-train suggère aux personnes qui souhaitent y tenter leur chance de laisser traîner une Toronto Wobbler à basse vitesse. Il conseille de nouer un avançon de 12 po (30 cm) et d’appâter le tout avec une portion équivalente à 1/3 de ver. Lors des journées ensoleillées, il semblerait que la teinte or soit la plus productive. Toutefois, quand c’est nuageux, Bob a remarqué que le rouge et le bleu sont plus performants. Il souligne qu’il est préférable de longer le littoral, mais qu’à l’occasion il ne faut pas hésiter à exploi­ter les premiers escarpements. www.pourvoiriepignonrouge.com

Au pays de Réal Massé

peche fishing
Photo courtoisie

 

 

Ce coloré personnage qu’est Réal Massé exploite une quinzaine de lacs à fond relativement mou, bordés de fosses profondes. Le long des bordures, on trouve des herbes aquatiques et des dépôts naturels d’arbres qui sont tombés avec le temps. Ce sympathique septuagénaire recommande à ses invités de pêcher tout près de la chaloupe, soit à moins de cinq mètres quand l’eau est très froide. Bien que la Lake Clear Wobbler avec un avançon de 20 à 22 po (50 à 56 cm) accompagné d’un ver complet fonctionne à merveille, M. Massé aime bien remplacer ces petits êtres rampants, que certains n’aiment pas manipuler, par une mouche de type Woolly Bugger. Il suggère de suivre les pourtours de la rive à une profondeur maximale de quatre mètres et de se déplacer à basse vitesse. www.realmasse.com

Pourvoirie Michel St-Louis

peche fishing
Photo courtoisie

 

 

Non loin de Notre-Dame-de-Pontmain, dans la municipalité de Lac-du-Cerf dans les Hautes-Laurentides, se trouvent des lacs enclavés entre les montagnes. Ces nappes d’eau au fond rocheux affichent une profondeur moyenne de 3 à 15 mètres. Il y a peu de végétation et il y a plusieurs structures et débris de bois occasionnés par la chute d’arbres et de branches. La clientèle de M. St-Louis a de bons résultats lorsqu’elle fait nager une cuillère Cami avec un bas de ligne de 18 à 24 po (45 à 60 cm) au bout duquel elle attache un hameçon de grosseur 4. Il propose à ses clients de garnir leur hameçon avec un lombric bien juteux et d’en laisser dépasser un petit bout en surplus. Michel sillonne la proximité des rives à très basse vitesse en faisant des arrêts fréquents pour que l’offrande s’enfonce suffisamment. www.pourvoiriemstlouis.com

Pourvoirie Le Rochu

peche fishing
Photo courtoisie

 

 

Du côté de La Tuque, la plus grande ville de chasse et de pêche de la Belle Province, Sonia Scalzo exploite une approche spéciale pour faire réagir les ombles de fontaine qui fonctionne tout aussi bien pour le doré. Cette passionnée se sert d’un marcheur de fond pesant une once pour plonger au cœur de l’action dans les lacs naturels environnants, dont la profondeur moyenne est de 12 à 30 mètres. Derrière ce lest plombé, elle attache un harnais à vers de 24 po et plus équipé d’un hameçon simple. Sonia empale un ver à moitié en s’assurant que l’autre portion puisse bouger librement. Cette manieuse de canne expérimentée pêche lentement à la traîne avec un moteur électrique au régime minimal.

Le tout est présenté à une distance de 7 à 10 mètres derrière l’embarcation. www.pourvoirielerochu.ca

Club Hosanna

peche fishing
Photo courtoisie

 

 

Dans ce beau coin pays qu’est Trois-Rives en Mauricie, il y a de nombreux secteurs vallonneux avec des petites nappes d’eau et des lacs de tête. Max Béland a d’excellents résultats lorsqu’il présente une Williams Wabler argentée et bleue ou argentée et chartreuse équipée d’un bas de ligne de moins de 18 po (45 cm) aux ombles de sa pourvoirie. Il obtient davantage de touches en lançant près de la rive, à proximité de la végétation et des arbrisseaux. En fait, il se concentre près des structures qui peuvent accumuler de la chaleur et générer des environnements cléments aux insectes et aux salamandres, dont les ogresses raffolent. Il dépasse rarement trois mètres de profondeur à cette période. www.clubhosanna.qc.ca

Pour les gourmets

Les adeptes qui aimeraient participer à une soirée gastronomique festive sont invités à la troisième édition du prestigieux cocktail dînatoire de la Fondation Saumon, demain, le 26 avril, à compter de 17 h 30 au Marché Bonsecours, dans le Vieux-Montréal. Pour l’événement, vous pourrez déguster les produits de chefs, de restaurateurs, de distributeurs et de maison de vins tels IceHouse, Tapéo, Crémy Pâtisserie, Ça Va Barder, Barista (torréfacteur), St-Urbain, Bête à Pain, Maison de Débauche, Blanc Bistro, Monarque, Impasto, Boulangerie Automne, Barbounya, Bar George, Taverne Square Dominion, ainsi que Balthazard, Symbiose, RéZin, Céleste Levure, Bénédictus, QV, Agence Roucet, The Glenlivet, Vin dans les voiles, Charton Hobbs, Marc Anthony et Le Trèfle. Vous pouvez vous procurer les billets sur le site fqsa.ca/evenements/ ou par téléphone au 418 847-9191, poste 6.