/entertainment/shows
Navigation

Après 3322 représentations, Broue entre au Musée de la civilisation

«C’est inespéré», dit Marc Messier

Marc Messier, Michel Côté et Marcel Gauthier étaient présents jeudi à Québec pour la donation des accessoires qui ont servi pendant 38 ans dans la tournée de Broue, plus grand succès du théâtre québécois. 
Photo courtoisie, Marie-Josée Turcotte - Icône Marc Messier, Michel Côté et Marcel Gauthier étaient présents jeudi à Québec pour la donation des accessoires qui ont servi pendant 38 ans dans la tournée de Broue, plus grand succès du théâtre québécois. 

Coup d'oeil sur cet article

Michel Côté, Marcel Gauthier et Marc Messier ont franchi jeudi la dernière étape du deuil de Broue. Après 38 ans et 3322 représentations, ils ont laissé avec beaucoup d’émotions les costumes, les accessoires et le décor de la pièce aux bons soins du Musée de la civilisation.

Les trois comédiens ont dû ironiquement enfiler des gants blancs, jeudi, au Centre national de conservation et d’études des collections, pour toucher à ces artefacts qu’ils ont maintes fois manipulés, désormais soumis à de strictes conditions de conservation.

La donation sera l’objet d’une exposition au Musée de la civilisation, en juin 2019. «On vient de mettre un dernier clou au cercueil. Mais c’est un deuil heureux», a confié avec nostalgie Michel Côté.

Les comédiens ont donné au musée tout ce qui a pu servir au spectacle : les équipements de tournée, les bouteilles de bière avec l’étiquette Broue, les tables, les chaises, la grosse horloge à l’effigie de Broue, les costumes des 18 personnages, ainsi que de nombreuses affiches.

Une «évidence»

L’idée de la donation est venue de l’ancien directeur des collections du musée, Richard Dubé, qui a fait les contacts entre le musée et les comédiens, après avoir vu la dernière de la pièce, le 22 avril 2017.

«Pour nous, ç’a toujours été une évidence que ces objets-là entrent dans la collection nationale. On ne s’est pas posé la question pendant trois mois», a affirmé le directeur général du musée, Stéphan LaRoche.

«C’est une véritable pièce d’anthologie du théâtre populaire québécois du 20e siècle, a-t-il ajouté. Son texte dévoile un pan de l’histoire de notre société, celle de l’époque révolue des tavernes réservées aux hommes.»

«C’est inespéré ce qui se passe aujourd’hui, a soutenu Marc Messier. On se demandait bien ce qui allait arriver à tout ça.»

«J’ai été très touché ce matin quand j’ai vu la veste de Bonin dans un tiroir, a dit Michel Côté. Honnêtement, ça m’aurait arraché le cœur d’être obligé d’envoyer le décor à la récupération, et qu’on se débarrasse de tout ça. C’est tout un pan de notre vie.»

Beaucoup de demandes

Avant de faire la donation, les comédiens ont bien réfléchi à savoir s’ils aimeraient peut-être, dans quelques années, ressortir leur matériel des boules à mites pour une représentation spéciale.

«On s’est dit qu’on ne sait jamais, il y aurait peut-être une demande à un moment donné pour qu’on refasse une représentation. Mais à partir du moment qu’on a pensé que d’autres acteurs pourraient le faire, qu’ils pourraient recréer un décor, des costumes, une nouvelle énergie... Nous, on a tourné la page», a dit Michel Côté.

Il affirme recevoir beaucoup de demandes de comédiens qui veulent déjà reprendre la pièce, ce qu’ils accepteraient avec bonheur. «La pièce est implacable, elle a déjà été éprouvée», a-t-il dit.


♦ La première de Broue a eu lieu en 1979. La pièce a été vue par plus de 3 millions de personnes en carrière.