/news/currentevents
Navigation

Un drapeau nazi sème l'inquiétude dans Parc-Extension

Un drapeau nazi sème l'inquiétude dans Parc-Extension
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

L’affichage d’un drapeau nazi sur le toit d’une tour à condos situé au coin des rues Hutchinson et Jean-Talon, dans le quartier Parc-Extension, sème l’inquiétude chez les résidents de l’endroit et du quartier. Une enquête policière est en cours afin de faire la lumière sur l’incident, qui a suscité de vives réactions.

Le drapeau a été brandi par un homme non identifié pendant qu’une manifestation se déroulait dans les rues avoisinantes, mardi, dans le cadre de la Journée internationale des travailleurs et travailleuses.

«La manifestation s’est super bien passée. C’est seulement à la toute fin, quand l’homme est sorti avec le drapeau, que j’ai entendu des gens huer de manière très violente et faire des doigts d’honneur dans sa direction», raconte l’un des participants à l’événement, sous le couvert de l’anonymat.

Des policiers ont rapidement encerclé le bâtiment, mais les choses en sont restées là, ajoute-t-il.

Une photo de l’incident a depuis été publiée dans le groupe «Parc-Ex Action Squad», sur Facebook, avant d’être partagée plus d’une centaine de fois. Plusieurs citoyens ont dénoncé le geste dans la section commentaires.

Résident de l’immeuble

Le suspect dans cette affaire habite l’immeuble où s’est jouée la scène, selon plusieurs sources, incluant le conseil d’administration (CA) de l’endroit. Le CA n’a toutefois pas voulu dévoiler l’identité du responsable.

«Il y a eu de longues discussions de gens inquiets dans le groupe Facebook des propriétaires, hier. Certaines personnes ont visionné les caméras de surveillance, ont trouvé de qui il s’agissait et ont remis les bandes vidéo à la police», ajoute un voisin voulant taire son nom.

Ce dernier dit craindre pour sa sécurité depuis qu’il a pris connaissance des événements.

«Ça me glace le sang. Je n’ai pas dormi jusqu’à tard, hier soir. Ça crée beaucoup d’anxiété et beaucoup de peur, juste de savoir que quelqu’un si proche de moi croit en cette idéologie haineuse là», confie-t-il.

Le CA a tenu une réunion d’urgence mardi soir et a voulu à se dissocier des gestes du copropriétaire, les qualifiant de «déplorables».

«Nous gérons actuellement la situation avec le service de police, la municipalité et nos conseillers juridiques», fait savoir la porte-parole du CA, Valérie Guilmain.

La mairesse dénonce

Jointe par courriel, la mairesse de l’arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, Giuliana Fumagalli, a aussi vivement dénoncé le geste de ce citoyen.

«Dans le quartier de Parc-Extension, dont l’histoire est profondément marquée par l’apport des immigrants et des immigrantes, on ne peut passer sous silence ce geste haineux. Ceci est inacceptable et va à l’encontre des valeurs de dignité humaine, de respect et de tolérance partagées par les citoyens et les citoyennes de l’arrondissement», déplore-t-elle.

Mme Fumagalli a d’ailleurs indiqué que l’arrondissement est en communication directe avec le Service de police de la Ville de Montréal et les différents acteurs de l’arrondissement «afin d’assurer que ce type de situation inadmissible ne se reproduise plus».

Ce que dit la loi

Bien que le Code criminel du Canada n’interdit pas la vente ou la possession de drapeaux nazis, certaines de ses dispositions interdisent l’incitation publique et la fermentation volontaire de la haine.

En 2015, un résident de Rouyn-Noranda qui affichait un drapeau nazi dans sa fenêtre a ainsi évité des accusations criminelles puisqu’il ne faisait qu’afficher le symbole.