/opinion/columnists
Navigation

Le prix Nobel de la paix à Trump? Pas si vite...

Donald Trump
Photo AFP Donald Trump

Coup d'oeil sur cet article

Les choses avancent rondement dans le dossier de la Corée du Nord. Certains prédisent même un prix Nobel de la paix au président Trump. C’est grandement prématuré.

Ça bouge ces jours-ci dans le conflit historique entre les deux Corées. Certains optimistes croient même à un accord de paix imminent.

En effet, les signaux récents de Pyongyang sont encourageants, y compris l’annonce d’une possible libération de prisonniers américains à l’occasion du sommet.

S’il se matérialise, un accord de paix intercoréen serait un gain majeur pour tous ceux qui y auront été associés, y compris Donald Trump.

Il est toutefois trop tôt pour crier victoire et surtout pour réserver une place à Trump au panthéon des nobélisés.

Trump y est pour quelque chose

Beaucoup de chemin a été parcouru. Il n’y a pas longtemps, le régime de Kim Jong-un semblait imperméable à la négociation et multipliait les gestes agressifs. Qu’il veuille maintenant discuter au lieu de faire sauter des bombes est un net progrès.

Il n’est pas impossible que cette attitude résulte en partie de la crainte des menaces de Trump, mais les experts ne s’entendent pas là-dessus.

Minimalement, si la flexibilité de Trump et sa propension au risque ont aidé à faire avancer les choses, c’est tant mieux.

Tout bénéfice pour Kim

L’approche de Trump comporte toutefois des lacunes.

Par exemple, en laissant la porte ouverte à un accord limité qui laisserait sur la touche les alliés des États-Unis dans la région, Trump joue le jeu de Pyongyang.

Malgré les gains symboliques qu’il pourrait concéder à Trump, Kim Jong-un n’a encore rien fait qui engage des coûts réels pour son régime. Jusqu’à maintenant pour lui, c’est tout bénéfice.

Sans changer la nature brutale de son régime ni réduire son arsenal, Kim a obtenu un face-à-face d’égal à égal avec le président américain, ce qui augmente considérablement sa stature internationale. S’il peut en plus envisager ne serait-ce qu’un assouplissement partiel des sanctions économiques en échange de concessions mineures, ce serait encore mieux.

Bref, s’il a déjà engrangé tous ces gains sans aucun coût, rien n’empêche Kim de se contenter de concessions symboliques qui flatteraient l’ego de Trump sans changer grand-chose.

Le Nobel peut attendre

Pour ce qui est d’un prix Nobel à Donald Trump, comptez-moi parmi les sceptiques.

D’abord, le comité Nobel ne répétera probablement pas l’erreur de gratifier un président américain en début de parcours comme il l’avait fait pour Obama, surtout pas celui-là.

Ensuite, si un accord est conclu, il faudra lui donner du temps pour qu’il fasse ses preuves.

Enfin, le comité sera sans doute très peu enclin à donner les grands honneurs à Trump pour l’ensemble de son œuvre.

En fait, si Trump rallume un brasier au Moyen-Orient en déchirant comme il entend le faire l’accord nucléaire avec l’Iran, il deviendra impensable qu’on puisse même mentionner son nom et le mot « paix » dans la même phrase.