/sports/fighting
Navigation

David Lemieux a une défaite à se faire pardonner

David Lemieux
Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin David Lemieux (culotte noire) et Billy Joe Saunders (culotte blanche) lors du combat du 16 décembre 2017

Coup d'oeil sur cet article

David Lemieux amorce la dernière ligne droite de son camp d'entraînement.

À 29 ans, le Québécois disputera un 43e combat professionnel quand il se mesurera à Karim Achour le 26 mai prochain au Centre Vidéotron de Québec.

«Les moments les plus importants sont en ce moment, ce que je fais maintenant, a déclaré Lemieux à TVA Sports, vendredi en marge d’un entraînement. Tu as fait tout ça pour une raison ou tu as fait tout ça pour rien.

«Oui, j'ai été champion du monde, mais je trouve qu'il y a tellement que je peux faire dans ce sport.»

En pleine santé

Lemieux assure que sa blessure à l'épaule gauche, qui lui avait causé des problèmes contre Billy Joe Saunders, est chose du passé.

«Pour la première fois, on a essayé la cortisone dans l'épaule. Jusqu'à date, ç’a super bien répondu», s’est-il réjoui.

«Dès que la première cloche va sonner tout ça va monter. J'ai beaucoup de choses à prouver, je vais sonner la cloche dans le monde. Lemieux is here!»

Marc Ramsay s'est assuré que son boxeur pousse la machine au maximum pour s'assurer que l'épaule allait tenir le coup contre le Français.

«On termine la zone intensive du travail de David et on a atteint les combats de pratique avec beaucoup de rounds. Il n'a aucune douleur», a confirmé l’entraîneur.

Et Luc-Vincent Ouellet s'assure comme toujours de bien protéger les mains de cogneur de Lemieux.

«Il faut trouver une façon que David soit confortable et trouver une bonne recette pour protéger ses mains, a commenté le thérapeute. On a trouvé la recette il y a quelques années et on fait juste la peaufiner selon les blessures ou quand ça fait plus mal.»

Pas un touriste

Karim Achour va s'amener au Québec avec ses ceintures WBC international et WBC francophone. Le Français possède un solide bagage et promet de se faire un nom en battant Lemieux.

«Achour n'est jamais allé au plancher et n'a jamais été arrêté dans un combat. Il faut s'attendre à faire des rounds, préparer David pour avoir une bonne intensité et un bon contrôle technique», a évalué Ramsay.

Le Québécois voudra assurément prouver qu'il mérite une autre chance d'affronter les meilleurs de sa division.

Sur le même sujet