/misc
Navigation

Si je meurs frappé par une voiture

David Maltais
Photo Didier Debusschere David Maltais

Coup d'oeil sur cet article

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.

Dans mon esprit, une question presque morbide revient maintenant chaque printemps : qui se fera tuer sur son vélo cette année ?...

Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d’erreur ? Sur la route, les plus vulnérables n’ont pas droit à l’erreur.

Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que c’était ma pire crainte, que j’y pensais chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.

Minorité très visible

Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j’ai pu voyager un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des conducteurs haineux sur nos routes. Une minorité très visible qui nous pourrit la vie ou nous l’enlève carrément.

Durant mon voyage à travers le Canada à vélo, en 2011, on m’a klaxonné 6 fois en 60 jours à travers 9 provinces. Ces 6 coups de klaxon sont survenus au Québec. Une statistique un peu bidon, mais qui me trotte toujours dans la tête.

Nos chauffards, les grands parleurs des radios poubelles et autres diffuseurs de haine sur les réseaux sociaux font mal paraître la majorité silencieuse d’automobilistes courtois, prudents et civilisés, ceux qu’on ne remercie jamais assez. La seule façon d’améliorer la situation, pour nous les cyclistes, c’est d’avoir un comportement exemplaire en tout temps sur la route.

Comme le disait un ami l’autre jour, « le respect attire le respect ». Voilà un bon message en ce début de saison.

Une loterie

Si jamais je meurs frappé par une voiture, vous pourrez partager cet article à nouveau. C’est mon testament cycliste. Depuis quelques années, la route est devenue une loterie. On a l’impression que ça ne finira jamais.

Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que chaque fois qu’un ami, ou l’ami de mes amis s’est fait tuer ces dernières années, j’étais de plus en plus fâché. On s’emporte toujours quand il y a un mort. On exprime sa colère en mots, on efface... Puis on recommence au prochain accident.

Mais aujourd’hui, personne n’est mort. La saison commence, l’histoire va s’écrire. Si tout le monde respecte le Code de la route, la fin devrait être merveilleuse : ils vécurent heureux et roulèrent en vélo jusqu’à ce qu’ils eurent 100 ans ! Ultimement, c’est notre but à tous.

Si jamais je meurs frappé par une voiture, n’allez jamais dire que je suis mort en faisant ce que j’aimais. Ce qu’on aime, c’est faire du vélo, du sport, voir nos amis, notre famille et profiter de la vie à notre façon. Personne ne meurt de ça.

On meurt de l’imprudence, trop souvent de celle des autres.

En mémoire de nos amis : Clément Ouimet, Jason Lowndes, Ellen Watters, Ross Chafe, Mike Hall...

David Maltais est cycliste. Il publie ses aventures cyclistes et des textes d’opinion sur son blogue personnel. http://davidmaltais.blogspot.ca/