/portemonnaie/entrepreneurship
Navigation

Brisons le mythe de la réussite à tout prix avant 30 ans

Il n'y a qu'un pas entre s'inspirer d'un Zuckerberg et devenir une Éliane Gamache, la «jeune millionnaire».

Brisons le mythe de la réussite à tout prix avant 30 ans
Sébastien St-Jean / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les jeunes entrepreneurs qui ne réussissent pas avant leurs 30 ans n’ont pas à s’en faire. Ils ne sont pas anormaux et leur effort pourra potentiellement porter ses fruits plus tard.

En effet, une étude de MIT est venue défaire le mythe selon lequel l’archétype de l’entrepreneur à succès est un jeune Y dans la vingtaine.

Selon le Professeur Pierre Azoulay et l’étudiant en PhD Daniel Kim, l’âge moyen des entrepreneurs qui ont lancé une compagnie et engagé au moins une personne par la suite est de 42 ans.

Cette découverte dévie complètement du mythe d’un entrepreneuriat exclusivement réservé aux jeunes selon laquelle un «vrai» entrepreneur doit réussir avant 30 ans et se maintenir ensuite.

Bien sûr, les exemples des Mark Zuckerberg et autres Elon Musk de ce monde nous vendent du rêve, mais la réalité est toute autre. Ces réussites sont les exceptions qui confirment la règle. L’obessesion du succès peut mener à brûler les étapes et vivre au-dessus de ses moyens pour maintenir l’illusion. L’histoire d’Eliane Gamache Latourelle en est un triste exemple.

Sur les 2,7 millions de nouvelles entreprises analysées, l’étude apprend que celles qui ont eu la plus haute croissance avaient un fondateur âgé en moyenne de 45 ans.

En plus, les chercheurs ont également relevé que les entrepreneurs ayant eu une expérience de travail dans un certain secteur avaient 125% plus de chances de réussir par la suite avec leur propre entreprise.

Il ne faut donc pas se coucher sur vos ambitions entrepreneuriales même si elles tardent à se réaliser dans votre jeunesse.

Au contraire, avec l’âge mûr peut éclore le succès d’affaires.

 

Source: Phys.org

 

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux