/news/education
Navigation

Montréal: une pétition exige la réouverture de l'école Hochelaga

L'école Hochelaga a été abandonnée par la CSDM au mois de juillet 2016 pour une période indéterminée.
Francis Pilon / 24 Heures L'école Hochelaga a été abandonnée par la CSDM au mois de juillet 2016 pour une période indéterminée.

Coup d'oeil sur cet article

Une pétition sera lancée lundi pour rouvrir l’école Hochelaga, située dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, qui a été barricadée en raison de la présence de moisissures nocives.

Hochelaga a vu naître dans son quartier la nouvelle école Baril en septembre dernier. Cette dernière est le fruit d’une fusion entre l’ancienne école Baril et l’école Hochelaga, toutes deux fermées pour cause d’insalubrité et de contamination.

«On a fusionné deux anciennes écoles dans une nouvelle, mais on prévoit avoir une surpopulation de 200 élèves au primaire au cours de la prochaine année avec les nouveaux projets immobiliers qui arriveront dans le quartier», a estimé Carole Poirier, députée péquiste d'Hochelaga-Maisonneuve.

«Ce qu’on veut dire avec cette pétition, c’est commençons à travailler le plus vite possible avec l’école Hochelaga pour la rénover ou la construire avant qu’il ne soit trop tard puisque ça peut prendre jusqu’à quatre ans pour construire une école», a-t-elle ajouté.

La pétition est lancée par des citoyens, des employés de la nouvelle école Baril ainsi que la députée Poirier.

Couillard et la CSDM visés

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) et le premier ministre Philippe Couillard sont les deux acteurs interpellés dans ce dossier.

«On demande à ce que la CSDM priorise l’école Hochelaga dans sa liste et on met évidemment de la pression sur le gouvernement Couillard pour qu’il accorde les sommes pour savoir si cette école sera rénovée ou démolie», a souligné Mme Poirier, qui a d’ailleurs elle aussi étudié dans sa jeunesse à l’école Hochelaga.

Le bâtiment scolaire a officiellement été abandonné par la CSDM au mois de juillet 2016 pour une période indéterminée.

En octobre de cette année-là, des citoyens ont signé une pétition pour sauver l’école Hochelaga, mais la démarche avait été vaine.