/opinion/blogs/columnists
Navigation

On nous prend pour des imbéciles

On nous prend pour des imbéciles
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Voilà un petit billet rapide. Ça n’ira pas dans le papier.

Quelle drôle de précampagne, hein?

Vincent Marissal qui aboutit chez QS après avoir magasiné chez Trudeau, ce qu’il nie, puis qu’il admet.

L’ancienne ministre libérale Marguerite Blais qui s’en va à la CAQ, après avoir donné son appui en personne à sa future adversaire dans Prévost.

Michelle Blanc qui s’en va au PQ, mais qui ne sait pas encore dans quelle circonscription, après avoir songé à la CAQ, mais qui a au moins pour mérite de mettre cartes sur table. Elle n’a pas peur, dit-elle, de «(se) faire chier avec des imbéciles qui (lui) vomiront dessus à longueur de journée».

Et maintenant Alexandre Taillefer, dont tout le monde connaît les ambitions pour la primature, qui se joint au Parti libéral (qui ne se considère pas comme progressiste, malgré ce que le dragon en pense), après avoir été membre de la CAQ, et en étant actuellement membre du Parti québécois, dont il a appuyé le chef.

Vous ne trouvez pas que ça commence à virer au vaudeville tout ça?

Retours d’ascenseur

Si j’ai du temps en fin de semaine, je vais essayer de vous faire un billet sur ce que tout ce magasinage indique, en termes de baisse d’attachement envers la politique en général et envers les partis en particulier.

Mais dans l’immédiat, il y a deux aspects qui me turlupinent, et ça va tellement vite ces temps-ci que je veux en parler avant que ça ne disparaisse dans le fond de l’évier avec le reste.

D’abord, il y a cette désinvolture avec laquelle les ténors libéraux défendent l’engagement du patron de presse qu’est Alexandre Taillefer en évoquant sa simple posture de «président de campagne». «C’est un président de campagne, ce n’est pas un candidat à un poste électif. Dans le passé, les présidents de campagne ne se sont pas départis de leurs intérêts», a dit le premier ministre Couillard.

L’affaire, c’est que ce gadget du «président de campagne», il n’y a qu’au Parti libéral que ça existe, en politique québécoise. Ça n’existe pas dans les autres formations politiques.

Cela se voit davantage aux États-Unis, en fait. Par exemple, lors de la dernière élection présidentielle américaine, il y avait John Podesta qui agissait comme chairman de la campagne d’Hillary Clinton et Robby Mook qui était campaign manager.

C’est un modèle qui peut être intéressant. Le directeur de campagne sera dans les opérations quotidiennes, alors que le président garde une certaine distance, supervise la direction, amène un point de vue extérieur et agit comme image publique. C’est un peu comme le directeur général d’une entreprise, vis-à-vis du président du conseil d’administration.

Dans le cas de M. Taillefer, manifestement, c’est ce qu’on cherche à obtenir: l’appui public d’une personnalité influente, ainsi que l’input stratégique d’un regard neuf qui a un bon réseau d’influence.

Et c’est justement sur ce dernier point précis que ça pose problème. Quand on regarde les précédents, on remarque qu’au PLQ (seul parti à adopter cette approche, je le rappelle), la dernière fois qu’ils ont eu un président de campagne, c’était Daniel Johnson. Lequel a par la suite joué un rôle-clé dans la transition libérale vers le pouvoir en supervisant de nombreuses nominations. De plus, il a plus tard été nommé comme président du CA de la société créée pour administrer la Série C, alors sous propriété conjointe de Québec et de Bombardier.

Bref, le poste de président de campagne, dans la culture libérale, semble minimalement associé à une influence certaine sur les politiques futures du gouvernement, s’il ne garantit pas tout simplement certains retours d’ascenseur à celui qui l’occupe.

Et on ne devrait pas poser de questions parce que M. Taillefer sera «seulement président de campagne»? Il deviendra plus pesant que la plupart des ministres du gouvernement!

Bref, on nous prend pour des imbéciles.

Membre à son insu?

Un autre point où on cherche manifestement à nous faire prendre des vessies pour des lanternes, c’est lorsqu’Alexandre Taillefer nous dit que s’il est membre du Parti québécois, c’est à son insu. Qu’il n’a voulu que faire une contribution à son ami Jean-François Lisée, comme il en fait auprès de plusieurs partis politiques, pratique courante chez les gens d’affaires.

Heille! Minute, papillon!

Il se trouve que tout ce qui concerne le financement des partis politiques a fait l’objet de réformes très volontaires au cours des dernières années.

Pour devenir membre d’un parti politique, on peut se rendre sur son site et faire la transaction en ligne. Vous pouvez faire le test et poursuivre le processus jusqu’au moment de sortir votre carte de crédit pour voir comment ça se fait. (PQ, PLQ, CAQ, QS)

Il y a une autre manière de le faire, toutefois, et c’est en passant par le site du DGÉQ, sur lequel doivent désormais transiter toutes les contributions financières à un parti politique. Pour faire le test, vous pouvez cliquer ici.

En avançant dans le processus, encore une fois jusqu’à ce que vous deviez sortir votre carte de crédit, vous constaterez que les cases à remplir pour devenir membre d’un parti et faire une simple contribution financière sont distinctes. Il n’y a pas de confusion possible, à qui prend le temps de lire ce qu’il s’apprête à signer.

Bref, de deux choses l’une. Soit Alexandre Taillefer nous niaise en nous disant qu’il ne savait pas qu’il était membre du PQ, soit il ne lit pas ce qu’il signe.

Ce qui est inquiétant autant de la part d’un homme d’affaires que de la part de quelqu’un qui veut faire de la politique...

En conclusion

À la fin, Marissal, Blais, Blanc, Taillefer... que tous ces gens-là veuillent faire de la politique, c’est une maudite bonne nouvelle! On en a besoin. Besoin de plus.

J’ajouterais que, personnellement, moi je l’aime, Alexandre Taillefer. Les subventions qu’il a obtenues, je suis tout d’accord avec ça. Je trouve qu’il a fait une super job, pour relancer Voir et L’Actualité. Je suis d’accord avec ses prises de position 9 fois sur 10. C’est vrai que c’est toute une prise, de la part du PLQ.

Cela dit, s’il souhaite venir en politique, est-ce que ce serait possible de le faire en mettant cartes sur table, sans essayer de finasser et en respectant notre intelligence? Est-ce que c’est vraiment si difficile? Autant de sa part que de celle des libéraux?

Pour certains, ça semble être possible. Pour d’autres, c’est bien compliqué.

Pourtant, il me semble qu’on mérite ça.