/investigations/truth
Navigation

Le ministre mêle deux informations

Periode des questions
Photo Simon Clark Luc Blanchette

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, sont des expertes dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L'énoncé

Luc Blanchette, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, a défendu cette semaine la décision du gouvernement de confier l’exclusivité de l’accès aux rivières à saumon du Nord-du-Québec aux pourvoiries privées.

Il estime que la pêche au saumon reste accessible puisque « 99 % des rivières de saumon sont disponibles à l’ensemble de la population du Québec, qui peut y aller pour une somme très modique ; on parle de 40 $ ».

Les faits

« M. Blanchette a mêlé deux informations. Oui, presque toutes les rivières sont accessibles, mais elles ne le sont pas toutes à 40 $ », explique Éric Poirier de la Fédération québécoise pour le saumon atlantique. En plus de compter le coût du permis de pêche, qui varie de 21,66 $ à 49,68 $ pour les résidents du Québec, il faut aussi prendre en compte les coûts d’accès aux rivières, qui varient grandement.

Si certains endroits sont accessibles pour 40 $, sans contingentement du nombre de pêcheurs, de nombreuses rivières ou secteurs de rivières fonctionnent avec un tirage au sort, et les droits d’accès y sont plus élevés.

« Certains secteurs d’une même rivière peuvent être à 40 $, mais d’autres vont être à 1000 $ par jour », illustre M. Poirier. Les prix sont fixés par les gestionnaires de rivières, soit les ZECS, les pourvoiries ou les réserves fauniques, en fonction de différents facteurs.

Le contingentement permet notamment de protéger la ressource, mais il y a aussi « des destinations qui sont plus coûteuses, à cause de la renommée de la pêche », ajoute-t-il, précisant que ce type de pêche reste malgré tout « très accessible ».