/sports/soccer/impact
Navigation

Une défaite gênante

Blanchi par une équipe qui n’avait pas encore marqué à l’étranger

Coup d'oeil sur cet article

C’était une lutte entre l’Union de Philadelphie, la pire attaque de la MLS, et l’Impact, qui présente la pire défense de la ligue, et c’est la pire attaque qui l’a emporté 2 à 0 dans un match qui devrait suffire à décourager les partisans les plus endurcis.

Déjà, accorder deux buts à une équipe qui n’avait pas encore marqué à l’étranger, ayant été blanchie quatre fois en déplacement depuis le début de 2018, c’est gênant. Mais être incapable de marquer en plus, c’est carrément honteux, et Joey Saputo s’est rendu dans le vestiaire après le match pour le rappeler aux joueurs.

L’Impact a flirté une première fois avec la honte quand Cory Burke a dénoué l’égalité de 0 à 0 grâce à une belle redirection de la tête à la 43e minute.

Burke, un attaquant de 26 ans qui jouait dans l’USL jusqu’à la saison dernière, en était à un premier départ dans la MLS et marquait du même coup son premier but dans le circuit Garber.

Et pendant que le Bleu-blanc-noir tentait de sauver la face en fin de match, la défense a fait ce qu’elle fait de mieux, c’est-à-dire des erreurs, ce qui a permis à Haris Medunjanin de doubler la mise à la 88e. À compter de ce moment, les hommes en bleu se sont fait siffler par ce qu’il restait des 17 140 spectateurs annoncés.

« La réaction du public est normale, on était à domicile et c’était un match à notre portée, on n’a pas su l’emporter », a commenté Rémi Garde.

Fatigue

On pourra évoquer la fatigue d’un troisième match en huit jours, mais il n’en demeure pas moins que l’Impact avait l’occasion de saisir Philadelphie à la gorge quand Burke a été expulsé pour un tacle trop appuyé sur Samuel Piette, tout juste avant l’heure de jeu.

On n’a même pas vu de soubresaut et Rémi Garde n’a pas injecté de sang neuf avant la 80e minute de jeu, ce qui laisse perplexe considérant que ses hommes présentaient des signes évidents de fatigue.

Et ces substitutions sont venues après un carton rouge malencontreux à Daniel Lovitz qui était venu rééquilibrer les forces à la 70e minute.

« Je pense que l’équipe que je fais débuter, je pense que c’est la meilleure équipe, et je pensais que Raheem ou Alejandro pouvaient encore apporter », a insisté Garde.

« J’ai peut-être utilisé les solutions plus tard que vous l’auriez souhaité, mais ça, ce sont mes choix. J’en ai assez de répondre à cette question », a-t-il lancé à un collègue anglophone qui lui a posé la même question.

Manque de vitesse

Philadelphie a rapidement donné le ton en pressant très haut et en insistant dès les premiers instants de la rencontre.

L’Impact a démontré bien peu de volonté de faire le jeu et a paru amorphe par grands moments.

Tout comme ce fut le cas mercredi à Chicago, les latéraux Daniel Lovitz, et plus particulièrement Michael Petrasso, ont eu du mal à composer avec des ailiers rapides.

Quant à Alejandro Silva, son acclimatation à la MLS est lente et difficile. Il a constamment manqué de synchronisme sur ses passes.

Stérile

L’Union s’est donné de nombreuses chances de marquer assez tôt dans la rencontre, et sans Evan Bush qui a une fois de plus réalisé des petits bijoux, l’Impact aurait été vite sorti de la rencontre.

La défense, hormis Rod Fanni solide comme un roc, a continuellement été à la peine.

En attaque, le jeu montréalais a été plutôt stérile et manquait d’ambition et de finition.

Il y avait comme une impression de fatigue généralisée lors de ce troisième match en huit jours. Seul Raheem Edwards a réellement embêté Andre Blake dans les 45 premières minutes.

« Il y avait des manques, j’ose espérer qu’on ne manquait pas d’envie, a mentionné Garde. On a fait un début de match très pauvre du point de vue technique et on a donné beaucoup de ballons à nos adversaires. »

« Les trois matchs en huit jours ne peuvent pas nous servir d’excuse, ils ont aussi joué en milieu de semaine », a ajouté Raheem Edwards.

 

+
Evan Bush
Auteur de cinq arrêts, dont deux ou trois fort importants, il a permis à son équipe d’avoir une chance d’égaler la marque. Seul élément positif de la rencontre.
-
Les autres
L’Impact a été mauvais pendant 90 minutes, il n’y a pas d’autre façon de le dire. C’est une performance qui ne doit pas se produire devant les partisans qui en attendent plus de cette équipe.
2
0
Philadelphia
Gardien :
Andre Blake.
Défenseurs :
Keegan Rosenberry, Mark McKenzie, Auston Trusty, Raymon Gaddis.
Milieu :
Haris Medunjanin, Alejandro Bedoya, Marcus Epps, Borek Dockal, Fafa Picault, Fabinho, Warren Creavalle, David Accam.
Attaquant :
Cory Burke.
Montréal
Gardien :
Evan Bush.
Défenseurs :
Michael Petrasso, Rod Fanni, Jukka Raitala, Daniel Lovitz.
Milieu :
Alejandro Silva, Samuel Piette, Saphir Taider, Dominic Oduro.
Attaquant :
Raheem Edwards, Anthony Jackson-Hamel, Ignacio Piatti, Matteo Mancosu.
But
Montréal : aucun
Philadelphie : Burke (43'), Medunjanin (88')
Cartons
CARTON JAUNE
Montréal  : Silva (65'), Piette (77')
Philadelphie : McKenzie (71')
CARTON ROUGE
Montréal : Lovitz (67')
Philadelphie : Burke (58')
 
TIRS
ARRÊTS
PHI
7
5
MTL
5
5
 
POSSESSION
FAUTES
PHI
47,1 %
5
MTL
52,9 %
12
 
HORS-JEUX
COINS
PHI
0
4
MTL
1
5
 
NOMBRE DE PASSES
NOMBRE DE PASSES RÉUSSIES (%)
PHI
461
82,0 %
MTL
505
83,0 %