/sports/opinion/columnists
Navigation

Pekka Rinne a échoué

Pekka Rinne a été retiré du septième match face aux Jets, jeudi soir, après avoir cédé sur le but de Paul Stastny en première période.
Photo AFP Pekka Rinne a été retiré du septième match face aux Jets, jeudi soir, après avoir cédé sur le but de Paul Stastny en première période.

Coup d'oeil sur cet article

Personne n’a envie de le pointer du doigt, surtout pas ses coéquipiers, parce qu’il a connu une saison exceptionnelle. Toutefois, si Pekka Rinne avait connu un match à la hauteur de son talent, jeudi lors de l’ultime duel de leur série face aux Jets de Winnipeg, les Predators ne seraient probablement pas en vacances aujourd’hui.

C’est malheureux, parce que ce n’est pas le genre de sortie à laquelle Rinne nous a habitués. À moins d’une surprise, c’est lui qui remportera le trophée Vezina remis au gardien par excellence de la saison dans la LNH. Par contre, jeudi soir, il n’a pas été à la hauteur. On parle souvent du fameux premier but en séries et Rinne en a offert deux rapidement à ses adversaires.

Déjà, à partir de ce moment, on pouvait conclure que c’en était fait des Preds. Combler un écart de deux buts, lors d’un septième match face aux Jets de Winnipeg : bonne chance !

CHAPEAU AUX JETS

Mais le gardien des Predators va s’en remettre. Il a de l’expérience. Évidemment, il semblait dévasté après la rencontre et on peut le comprendre.

Cela dit, il serait injuste de ma part de dire que ce n’est que la mauvaise prestation de Rinne qui fait en sorte que les Jets se préparent à affronter les Golden Knights en finale de l’Association de l’Ouest. La formation manitobaine est excitante à voir jouer et mise sur le talent pour avancer. C’est ça la nouvelle LNH.

Que dire de Paul Stastny qui s’avère une acquisition de choix pour l’équipe, tout comme le joueur de centre Mark Scheifele qui, avec ses 11 buts jusqu’à présent, doit être considéré parmi les favoris pour remporter le Conn Smythe ?

AVANTAGE VEGAS

D’ailleurs, à mon sens, c’est Scheifele et le gardien de l’équipe qu’il affrontera en finale d’association, Marc-André Fleury, qui sont les meilleurs joueurs en séries jusqu’à maintenant.

Le choc Winnipeg-Vegas risque de donner droit à du jeu spectaculaire entre deux équipes que personne ne voyait se rendre si loin en début de saison. Qu’on dise ce qu’on veut des Knights, ils forment l’une des meilleures équipes de la LNH et, comme les Jets, ils misent sur le talent brut pour gagner des matchs.

Je pense même que ce sont les Golden Knights qui vont atteindre la grande finale. Est-ce un choix émotif ? Peut-être. Mais je me fais plaisir.

WASHINGTON-TAMPA

Quant à l’autre finale d’association, j’ai tendance à favoriser le Lightning, et ce, peu importe l’issue de la rencontre d’hier.

Je pense que plusieurs amateurs aimeraient voir Alex Ovechkin finalement obtenir sa chance de soulever la coupe Stanley. Toutefois, à mes yeux, le Lightning compte sur une profondeur que les Capitals n’ont pas en plus de compter sur des éléments clés en santé.

Toutefois, si Tampa Bay désire accéder à la finale, il faudra que le capitaine Steven Stamkos joue mieux que lors des deux premières rondes. Heureusement pour le centre vedette, le trio de Brayden Point a livré la marchandise dans son rôle de contenir les meilleurs trios adverses. Toutefois, plus les séries vont avancer, plus le Lightning aura besoin de l’apport offensif de ses plus gros canons.

Propos recueillis par Kevin Dubé

 

Les échos de Bergie

Le dossier Marchand

Brad Marchand a fait amende honorable et a dit qu’il regrettait ses gestes. Il est évident que quelqu’un près de lui, peut-être le directeur général de l’équipe Don Sweeney, l’a rencontré et lui a dit que ça ne pouvait pas durer. Marchand fait partie des meilleurs joueurs de la LNH, il est une vedette de la Ligue. Il n’a pas besoin de lécher le visage de ses adversaires pour avoir un impact dans un match. Évidemment, il aurait dû être suspendu dès la première infraction. Toutefois, c’est à se demander si Colin Campbell tire encore les ficelles du département de la sécurité des joueurs. Rappelons que son fils, Gregory, a évolué avec les Bruins et Marchand dans le passé. Un passe-droit pour une vieille connaissance ? Peut-être bien.

Boucher à Laval ?

Le collègue Mikaël Lalancette révélait cette semaine que Philippe Boucher avait rencontré la direction des Voltigeurs de Drummondville pour le poste de directeur général, mais que, finalement, il s’était retiré du processus. Cette situation est particulière puisque Boucher disait clairement lors du point de presse annonçant son départ, que le hockey junior, c’était fini pour lui. Cela dit, s’il a retrouvé un intérêt pour le hockey, je me demande si le Rocket de Laval ne pourrait pas lui lâcher un coup de fil. Il est évident que Joël Bouchard se joindra à l’organisation sous peu, mais Boucher ferait également un excellent candidat. Pourrait-il diriger le Rocket de Laval ? À suivre.

La brigade imparfaite

L’an dernier, quand les Predators de Nashville ont atteint la finale de la Coupe Stanley, on a vanté sans relâche leur brigade défensive et surtout leur top 4 composé de P.K. Subban, Roman Josi, Mattias Ekholm et Ryan Ellis. Cette année, force est d’admettre que cette brigade n’a pas été aussi dominante. Subban et Ekholm n’ont rien à se reprocher, à mon avis, même que l’ancien défenseur du Canadien a été le meilleur de son équipe en séries. Toutefois, ce fut plus ardu pour le duo Josi-Ellis. Les deux ont terminé avec une fiche de -4 en séries d’après-saison.